lundi 18 avril 2016

Essais de l'adaptateur T3 >T2 ... suite.

C'est l'usage qui confirme la pertinence d'une invention et comme nous l'évoquions dans un précédent article, les paramètres pouvant en contrarier la réussite sont multiples. 

Bloqués par la trop grande longueur de la poignée de la prise du cordon prolongée de l'adaptateur T3 > T2 nous n'avions pas pu lancer la charge sur la borne de recharge accélérée Schneider EVlink City, car elle empêchait la fermeture de la trappe et le déclenchement de la charge. L'utilisation de l'adaptateur avec le câble Schneider ayant bien fonctionné, comment rendre possible l'utilisation de cet adaptateur aux possesseurs du câble SCAME afin, vu son prix, d'éviter l'achat d'un deuxième câble ?

L'examen de la poignée du câble nous montre qu'avec quelques précautions impératives on doit pouvoir la raccourcir des 2 cm en trop. C'est ce que nous faisons avec l'aide de professionnels en libérant le câble du serre-câble pour dégager la zone à raccourcir. Attention à ne surtout pas tenter de détacher les brins du câble de leurs broches car ils sont sertis à l'intérieur et, évidemment, à ne pas endommager la gaine du câble en raccourcissant la poignée. 


Quelques coups de scie et filets de colle plus tard, le résultat est acquis. 
La poignée est suffisamment raccourcie pour, emboitée à l'adaptateur, contenir sans problème dans le logement de la borne et lancer la recharge. 

Une heure et demie de recharge et nous récupérons les 10 kWh permis par le chargeur 6,6 kW de la LEAF . 

Alors que la borne a parfaitement fonctionné, la charge terminée, un message d'erreur apparaît sur mon smartphone ! 
Après interrogation du service de supervision, il s'avère que c'est une mauvaise transmission téléphonique entre la borne et la plateforme technique de suivi du réseau de bornes qui est la cause de ce faux message d'erreur ! 

La mobilité électrique n'est pas tout à fait un long fleuve tranquille ... mais on y croit . 

Jean Claude LE MAIRE
Enregistrer un commentaire