lundi 11 novembre 2019

Véhicule électrique à batterie ou à pile à combustible à hydrogène ?
Pour Volkswagen à ce jour, il n'y a pas photo !
La batterie est 2.5 fois plus efficiente.

Nous reprenons ici un article publié  par Volkswagen qui éclaire les enjeux pour un avenir proche et alerte sur les erreurs d'investissement à ne pas commettre. 

La mise en production de la Volkswagen ID.3 pose à nouveau la question de la technologie de mobilité la plus durable dans de nombreux endroits: batterie électrique ou hydrogène? Nous expliquons où se trouvent actuellement les avantages décisifs de l’entraînement électrique par rapport à la pile à combustible. Et pourquoi il n'y a pas d'alternative à la décision de Volkswagen de promouvoir systématiquement la mobilité électronique.
Depuis que la Volkswagen ID.3 a célébré son lancement à Zwickau et a ainsi inauguré une nouvelle ère de mobilité électrique chez Volkswagen, la question a été débattue entre hommes politiques et experts, dans les médias et sur les forums sociaux: 
La décision de Volkswagen de promouvoir de manière décisive l’électromobilité est-elle toujours la bonne ? 
Ou les grands constructeurs européens ne devraient-ils pas se concentrer davantage sur les technologies de propulsion alternatives, en particulier la technologie des piles à combustible à base d'hydrogène ?
La décision du groupe Volkswagen est claire: en tant que constructeur de gros volumes, il se concentre sur les voitures électriques à piles pour le grand public - même si le groupe Volkswagen Research continue d'explorer la technologie de la pile à combustible et que Audi, par exemple, a annoncé une véhicule fonctionnant à l'hydrogène pour 2021. Toutefois, la conversion de la mobilité doit se faire en grande quantité, dans le seul souci de la protection du climat et des accords de Paris. Dans quelques années à peine, Volkswagen entend vendre plus d’un million de véhicules électriques par an.




















Les faits actuels prouvent que Volkswagen a raison. Le Prof. Maximilian Fichtner, Dép. Directeur de l’Institut Helmholtz d’Ulm pour le stockage électrochimique de l’énergie et expert désigné en matière de recherche sur l’hydrogène, a récemment confié à «Wirtschaftswoche» le «très faible rendement énergétique de la voiture à pile à combustible donne aux voitures alimentées par batterie une efficacité bien supérieure». Fichtner poursuit: «Je ne suis pas contre l'hydrogène en tant que moyen de stockage d'énergie. Nous devrions simplement nous en servir lorsque cela a du sens - et ce n'est pas dans la voiture, mais dans la zone d'immobilisation. "
Volker Quaschning, professeur en systèmes d'énergie régénérative à la HTW Berlin, partage également cette évaluation. Selon Quaschning, de nombreux pays seraient dépendants de l’importation d’hydrogène renouvelable pour la production de voitures à hydrogène en grande quantité, ce qui serait difficilement réalisable dans un proche avenir. En outre, la solution à base d'hydrogène est "aussi, en fin de compte, plus chère que la version à batterie en raison des pertes d'énergie élevées. En revanche, l’empreinte carbone des deux variantes de véhicule «ne diffère guère." 
Conclusion de Quaschning: " Il est très probable que l'hydrogène sera surtout utilisé dans les véhicules dont les performances de conduite quotidiennes sont élevées ». «La voiture normale pour les applications moyennes sera très probablement une voiture à batterie dans le futur. En conséquence, il n’y a pas de désavantages environnementaux ».

Les évaluations de Fichtner et de Quaschning coïncident avec les résultats de l'étude «L'industrie automobile 2035 - Des prévisions pour l'avenir», dans laquelle les consultants en gestion Horváth & Partners ont récemment examiné en détail la question de savoir si les voitures électriques à piles ou à hydrogène l'emporteront à l'avenir. L'étude a été réalisée sur six mois, accompagnée de 80 personnes / interlocuteurs et financée par le conseil en management lui-même. «La principale raison de notre enquête est que Horváth & Partners sert de nombreux clients du secteur de l’industrie automobile. Ils veulent naturellement savoir à quoi s'attendre dans les 10 à 15 prochaines années », a déclaré Dietmar Voggenreiter, responsable de l'étude.


L'étude analyse d'abord les raisons de l'achat. Pourquoi les clients devraient-ils passer aux voitures électriques? 
Le scénario le plus probable à l'heure actuelle est un modèle en deux phases, selon l'étude: la phase d'émergence et la phase de développement ultérieure.





















L'introduction de la norme Euro 7 rendra les moteurs à combustion plus coûteux et le delta du prix d'achat chutera. Cette évolution est également renforcée par le fait qu’une taxe sur le CO² - bien que modulée - rendra les combustibles fossiles encore plus chers.

Dans le même temps, de nombreux clients considèrent que l'avantage en termes de coûts de consommation est très positif par rapport à l'essence et au diesel (plus élevé dans les pays où les prix de l'électricité sont plus bas qu'en Allemagne). Cet avantage de coût est complété par des coûts d'usage réduits: étant donné que la voiture électrique a moins de composants importants en service, tels que des filtres à huile et à essence qu'un moteur à  combustion, elle nécessite moins d'entretien et de réparations. Et, le coût des vidanges d'huile et de lubrifiant est complètement éliminé.


Selon le modèle, l’étude montre que les coûts de carburant sont inférieurs d’environ 400 à 600 euros et les coûts de maintenance entre 200 et 400 euros par an. Un avantage de prix de 600 à 1.000 euros en seulement douze mois est très intéressant pour les consommateurs. Voggenreiter: «Il viendra un moment, et assez rapidement, où des raisons rationnelles généreront d'importantes économies d'échelle dans la mobilité électrique».


Mais il y a aussi les problèmes émotionnels: la peur, l’anxiété de la charge rapide. Les auteurs de l'étude sont convaincus que ces deux problèmes seront résolus et n'empêcheront plus l'expansion des voitures électriques dans la phase de développement à partir de 2023/2025. Les autonomies augmenteront, davantage de points de charge, y compris des points de charge rapides, minimiseront la crainte de rester bloqué. Enfin, il y a la discussion sur les économies réelles de CO² : parce que l'électricité utilisée pour produire des voitures électriques est toujours «sale», du moins pas verte partout, une voiture électrique a aujourd'hui un «sac à dos» comparativement important lorsqu'elle est produite. 
Des études calculent qu'il enregistre seulement moins de CO² qu’un moteur à combustion après plus de 100 000 kilomètres au total (production et fonctionnement). Selon l'étude, cela changera également en faveur des voitures électriques au cours des prochaines années: plus d'électricité verte dans la production des voitures et des batteries électriques rendra ce "sac à dos initial" progressivement plus léger, et la voiture électrique économisera davantage de CO². 
En outre Horváth & Partners ont pris en compte les critiques de nombreux défenseurs de l'hydrogène, selon lesquelles il fallait prendre en compte les périodes sombres ou sans vent dans le fonctionnement sur énergies renouvelables. Une période sombre correspond au temps où il est impossible de générer de l'électricité en raison de l'obscurité et / ou absence de vent. À cette fin, le besoin en énergie primaire de la batterie a été ajouté au besoin supplémentaire correspondant.


La partie la plus intéressante de l’étude reste la suivante: quelle énergie est la plus efficace et la plus rentable pour le fonctionnement de voitures électriques? Fonctionnement à piles ou à l'hydrogène?


Avec les voitures électriques alimentées par batterie, seulement 8% de l'énergie est perdue pendant le transport avant que l'électricité ne soit stockée dans les batteries des véhicules. Lorsque l’énergie électrique utilisée pour entraîner le moteur électrique est convertie, 18% sont perdus. 

Cela donne à la voiture électrique fonctionnant sur batterie un niveau d'efficacité compris entre 70 et 80%, selon le modèle.

Avec la voiture électrique à l'hydrogène, les pertes sont nettement plus importantes: 45% de l'énergie est déjà perdue lors de la production d'hydrogène par électrolyse. Sur les 55%  de l'énergie d'origine restants, 55% sont perdus lorsque l'hydrogène est converti en électricité dans le véhicule. Cela signifie que la voiture électrique à hydrogène n'atteint qu'un rendement compris entre 25 et 35%, selon le modèle. 
Par souci d'exhaustivité: lorsque les hydrocarbures sont brûlés, l'efficacité est encore pire: l'efficacité globale est alors de 10 à 20% seulement.
«En sus du potentiel très réel de l'hydrogène vert, il existe actuellement un battage publicitaire dangereux», avertissent les experts du cabinet de conseil en management Boston Consulting Group (BCG) dans une nouvelle étude citée par le Handelsblatt. L'étude Horváth & / Partners aboutit également aux mêmes conclusions.
Au lieu de dépenser des milliards pour la vision d’une société de l’hydrogène, les auteurs de l’étude ont conclu que les investissements dans cette technologie prometteuse devraient se concentrer sur des applications dans lesquelles elles ont également un sens économique. 
«Nous pensons qu'il existe un grand potentiel si l'hydrogène vert est promu dans les applications où il peut réellement s'établir à long terme. Surtout dans l'industrie, mais aussi dans le transport de marchandises lourdes, aérien et maritime », déclare Frank Klose, co-auteur de l'étude.
La conclusion est claire: les voitures électriques à pile à combustible présentent de nombreux avantages (autonomie, ravitaillement rapide, absence de batterie lourde à bord), mais un inconvénient décisif: elles sont comparativement inefficaces, en termes d'efficacité et de coût
«Aucune économie durable ne peut se permettre d'utiliser deux fois plus d'énergie renouvelable pour alimenter des voitures à pile à combustible que des véhicules à batteries», déclare Dietmar Voggenreiter, responsable de l'étude. 
L'hydrogène ne pouvait être utilisé que dans des niches, des camions et des autobus, ainsi que sur de longues distances. 
Le poids de la batterie, son autonomie et le temps de remplissage jouent ici un rôle déterminant. 
Cela augmente énormément avec la capacité, ce qui rend les batteries sans intérêt, même pour les camions. De plus, les stations-service de camions existantes pourraient être converties en un réseau de stations d’hydrogène avec un effort raisonnable, du fait de leur nombre peu élevé.

Et qu'est-ce que le consommateur en tire? 
Ce qui est clair, c’est que les voitures électriques fonctionnant à l’hydrogène deviendront de plus en plus coûteuses à conduire que les véhicules alimentés par batterie, non seulement en termes d’achat, mais surtout en termes d’exploitation. 
Le double besoin en énergie primaire des véhicules fonctionnant à l'hydrogène par rapport aux véhicules alimentés par batterie sera reflété dans les prix à la consommation. Les conducteurs paient déjà environ neuf à douze euros par 100 kilomètres pour les voitures fonctionnant à l'hydrogène, mais seulement deux à sept euros par 100 kilomètres (en fonction du prix de l'électricité dans les différents pays) pour les voitures électriques à batteries, en fonction des paramètres individuels et des  habitudes de mobilité. 
Tout cela semble indiquer clairement ce que la majorité des consommateurs achèteront à l'avenir. 

La ID.3 est la première voiture entièrement électrique du groupe Volkswagen.
Elle a fait ses débuts à l'IAA de Francfort et a une autonomie électrique comprise
 entre 330 et 550 km ...

… Tandis que l'Audi-h-tron-quattro² est un concept de voiture à hydrogène:
à une pression de 700 bars, ils peuvent stocker environ six kilogrammes d'hydrogène, pour
 une autonomie allant jusqu'à 600 kilomètres. Il faut environ quatre minutes pour faire le plein
 d'hydrogène, ce qui est comparable à une voiture équipée d'un moteur à combustion.


dimanche 10 novembre 2019

"Roulez branché" une initiative appréciée sur un territoire à énergie positive.

Samedi 9 Novembre, la Communauté des Communes Astarac - Arros en Gascogne (CCAAG) organisait, sur le thème "Roulez branché" une rencontre consacrée à l'électromobilité, à l'occasion de l'inauguration de la borne rapide implantée à Villecomtal sur Arros par le Syndicat Départemental de l'Energie du  Gers ( SDE 32). 
Malgré le temps menaçant, les concessions EDEN AUTO NISSAN Auch, COLIBUS Auch, PEUGEOT Bernès,Le Trouette, HYUNDAï Auch, RENAULT Mirande, CITROÊN avaient répondu à l'invitation en présentant respectivement LEAF 40 kWh, EVALIA ENV 200 7pl ,  PARTNER Tepee,  KONA Electrique,  Nouvelle ZOé et CZero.

Entourée de nombreux élus , dont Francis DUPOUEY, Vice Président du Conseil Départemental du Gers, André DANOS, maire de Villecomtal,  la Présidente de la CCAAG, Céline SALLES, a souligné tout l'intérêt pour ce territoire, déjà bien engagé dans la transition écologique, d'avoir été retenu pour l'implantation de cette nouvelle borne rapide par le SDE 32 ce dont elle a remercié sa représentante
Cette dernière a rappelé l'engagement du syndicat  en faveur de l'électromobilité, parmi les premiers en France, qui s'est traduit dans un premier temps par l'installation de 36 bornes "accélérées", complété par le déploiement de 6 bornes de recharge rapide afin de mailler le territoire gersois à 50 km de façon à favoriser l'itinérance en VE.  
Engagement que je n'ai pas manqué de saluer à mon tour, avant que nous nous retrouvions autour du vin d'honneur et de la sympathique collation offerts par la municipalité et la CC. 
Lors de la conférence qui suivit, après avoir présenté les avantages de la  mobilité électrique, et particulièrement en milieu rural, par essence toujours très mal desservi par les transports en commun et donc tributaires de la voiture, ce fût l'occasion de compléter l'information et d'échanges constructifs entre participants.

Nous eûmes la bonne surprise durant cette journée d'avoir la participation du COLIBUS gersois dont nous vous présenterons les nouveautés dans un futur article. 

Autre acteur gersois de la saga électromobile venu nous saluer, M RICOURT le boulanger d'Estampes qui nous fit part de l'acquisition de son 4° ENV200 Nissan, confirmant ainsi la parfaite adaptation du VE à la ruralité, ce qui fera également l'objet d'un nouveau reportage.  


Cliquez sur l'image pour accéder au témoignage d'Elizabeth.
"Roulez branché", venue en voisine de la banlieue de Tarbes, Elisabeth LAYMOND  service de Taxi, nous y a apporté un chaleureux témoignage, à découvrir dans la vidéo, sur l'utilisation de la Nissan LEAF 40kWh dont le silence est très apprécié de ses clients. 
L'occasion également de venir prendre ses marques sur cette borne de recharge rapide qui lui sera si utile dans l'exercice de son métier. 

Merci aux organisateurs et à l'équipe de la CCAAG et particulièrement à Mélanie Le Goulven pour cette  journée à marquer d'une pierre blanche ! 
Jean-Claude LE MAIRE

"Taxi 65", ou l' Arros movie d'Elisabeth et de sa Leaf.

"Roulez branché", venue en voisine de la banlieue de Tarbes, Elisabeth LAYMOND  service de Taxi, nous y a apporté un chaleureux témoignage, à découvrir dans la vidéo, sur l'utilisation de la Nissan LEAF 40kWh dont le silence est très apprécié de ses clients. 


Outre sa sympathique démarche de venir à Villecomtal sur Arros à la rencontre d'autres électromobilistes, c'était aussi pour elle l'occasion de venir "prendre ses marques" sur cette borne rapide qui lui apportera un peu plus de confort dans l'exercice de ses courses.
NDLR :
Dans les Hautes Pyrénées, la seule borne rapide est mise à disposition par la concession Eden auto Nissan de Tarbes, ce département, pourtant grand fournisseur d'énergie électrique hydro-électrique n'a toujours pas installé de bornes de recharge rapide qui seraient si utiles pour faciliter l'usage du VE aux bigourdans et l'accès aux VE aux stations d'altitude. 
Je me souviens d'une table ronde, à laquelle le directeur du SDE 65 m'avait convié, et où le directeur du Parc Naturel des Pyrénées s'était pourtant montré très intéressé par la perspective du progressif remplacement, dans les vallées et en montagne, des "fumantes" pas des véhicules électriques. 
A l'occasion de la mise en oeuvre de loi Mobilités et des nouvelles compétences octroyées aux régions, souhaitons que la présidente de la Région Occitanie apporte enfin l'aide qu'elle nous avait annoncée aux Hautes Pyrénées comme aux 12 autres départements pour accélérer le maillage nécessaire à la mobilité pour notre si grande région et son attractivité .   
Jean-Claude LE MAIRE

mardi 5 novembre 2019

Progression constante des immatriculations de VE, mais insuffisante par rapport aux estimations avancées par les pouvoirs publics. .

Le nombre d'immatriculations de voitures électriques personnelles continue de croître régulièrement. Même si la part du marché de véhicules neufs progresse elle aussi, c'est à un rythme beaucoup trop lent pour atteindre les estimations et objectifs fixés par les pouvoirs publics. 

A ce jour avec ses 1500 exemplaires de moyenne mensuelle seule la Renault Zoé  se classe régulièrement dans le tiers supérieur du Top 100 des immatriculations; dans le bas du classement  la Nissan Leaf  a cédé la place à la Tesla Modèle 3. 
Par l'élargissement de l'offre , les nouveaux modèles en cours de commercialisation ne tarderont pas sans doute à accélérer le mouvement , mais le niveau de prix annoncé reste beaucoup trop élevé pour espérer combler le retard pris. 














Il est clair que des mesures beaucoup plus incitatives doivent contribuer à aider les ménages à passer à l'électrique, en remplaçant les seuils, à effet souvent dissuasifs, par des aides aux plus modestes inversement proportionnelles aux revenus. 
Au delà de la simple réaffectation des malus pour les financement des primes de bonus, le financement pourrait mobiliser une partie de la TVA sur les ventes de véhicule pour engager des actions beaucoup plus incitatives. Car n'oublions pas que lorsque l'Etat accorde 6.000 € de bonus, à coût nul pour les finances publiques puisque financés par les malus, il encaisse en plus les 20 % de TVA,  soit au moins 6.000€, sur les ventes d'un VE qui souvent dépasse 30.000 €.
Il y a certainement là des moyens financiers et une réflexion à mener sur les techniques fiscales à mobiliser pour aider nos compatriotes les moins aisés à s'engager positivement eux aussi dans la transition énergétique. 


Jean-Claude LE MAIRE

Le BLACK SWAN, premier bateau à passagers équipé de batteries de seconde vie et 100% électrique à paris


Seine Alliance présente aujourd'hui le Black Swan, le premier bateau électrique dédié aux croisières privées ou professionnelles sur la Seine, équipé de batteries de seconde vie. L’idée menée par Seine Alliance et ses partenaires - Groupe Renault et Green-Vision- est de pouvoir démontrer l’efficacité d’un tel modèle reposant sur le principe de l'économie circulaire, afin de le reproduire, et créer des synergies entre les différents acteurs de la mobilité.

Dans un contexte d’effervescence généralisée pour trouver des solutions innovantes afin de préserver notre planète, les initiatives menées par les professionnels du secteur fluvial offrent des perspectives encourageantes. Très mobilisés sur les aspects environnementaux de leurs activités, ils sont à l'origine de nombreux projets pour faire valoir leur exemplarité en matière de transition énergétique. Le Black Swan, bateau « zéro émission* » pour des croisières familiales d'environ 2h et avec une capacité d'accueil de 2 à 8 personnes, a été conçu dans cet esprit. Il est propulsé par deux moteurs électriques et ne dispose ni de groupe électrogène, ni de moteur thermique de secours. Il ne rejette donc aucun gaz d’échappement et navigue sans aucun bruit. Il s’agit d’une démarche de transformation volontaire pour réduire l’impact sur l’environnement des activités fluviales.

 « Paris, organisatrice de la COP 21 en 2015 et des JO en 2024, doit apporter des solutions innovantes pour l’environnement. La Seine s’illustre déjà de manière exemplaire en termes de performances énergétiques dans le secteur des transports. Notre compagnie concrétise une nouvelle fois un projet de bateau électrique avec pour objectif de sensibiliser l’ensemble des usagers du fleuve »  indique Didier SPADE, Président-Directeur Général de Seine Alliance.

Economie circulaire, sécurité et confort à bord

Le Black Swan est équipé de deux chaînes de propulsion 100% électrique, totalement indépendantes et autonomes. Cette redondance lui permet de naviguer en toute sécurité.
Des batteries Lithium Ion issues de véhicules électriques Renault et arrivées au terme de leur "première vie automobile", ont été déposées et reconditionnées pour leur nouvel usage. Elles sont logées sous les banquettes latérales du bateau dans 4 coffres batterie en inox spécialement conçus pour assurer étanchéité et sécurité de fonctionnement. La consommation d'énergie et de matières premières nécessaire à la construction de batteries neuves est ainsi évitée.
 « Nous sommes fiers de contribuer au projet Black Swan aux côtés de Seine Alliance et Green-Vision. Cette démarche démontre, une nouvelle fois, qu’utilisées comme unités de stockage d’énergie en seconde vie, les batteries de nos véhicules électriques représentent un levier essentiel pour accélérer la transition énergétique »  explique Gilles Normand, Directeur du Véhicule Electrique du Groupe Renault.

Chaque propulseur est relié à deux coffres batteries qui développent une puissance nominale de 10kW (20kW en puissance maximale), permettant au bateau d'atteindre largement les vitesses de croisière habituelles (la vitesse sur la Seine dans Paris est limitée). Le poids total des batteries est de 278 kg, ce qui est moins que le poids du réservoir d'essence qui équipait le bateau dans sa version thermique.
La coque recyclée, au design intemporel du constructeur italien Tullio Abbate, a conservé sa ligne dynamique. Il n’y a pas de moteurs hors-bord, ni de moteurs in-bord. La propulsion, et la giration, s'effectuent grâce à des embases directionnelles immergées (des "pods"). Une optimisation technique qui permet de ne pas alourdir la ligne du bateau, d'optimiser l'ergonomie du cockpit pour faciliter la circulation et d'assurer un confort maximum aux passagers qui naviguent en silence. Des passagers qui peuvent profiter de croisières d'une durée de 2 heures, pour un temps de charge de 2 à 3 heures.

Un bateau inspirant pour le reste de la profession

La présentation technique du Black Swan a eu lieu hier, lundi 4 novembre, à l’Atelier du France. Les professionnels du monde fluvial réunis au Port de Grenelle à Paris, ont pu découvrir un bateau élégant, fonctionnel et qui va pouvoir inspirer quelques 150 bateaux professionnels recensés dans le bief de Paris, dont la migration vers des systèmes de propulsion plus respectueux de l'environnement est possible.
Des démonstrations avec la presse auront lieu au cours du premier trimestre 2020 qui sera également la période de mise en exploitation du Black Swan, après réception des autorisations administratives requises. 
C’est à cette période que Seine Alliance débutera les travaux de refit d’un nouveau bateau analogue, avant de poursuivre avec d’autres bateaux pour atteindre son objectif de 2024 de disposer d’une flotte 100% électrique.
Le Black Swan préfigure, en effet, une nouvelle génération de bateaux faisant preuve d’exemplarité en termes de créativité, de neutralité carbone, et de fonctionnalité, sans compromis sur l’élégance. La synergie développée avec le Groupe Renault et Green-Vision doit permettre l’utilisation intelligente d’une production reconditionnée qui s’inscrit dans une véritable démarche de développement durable.

* zéro émission à l'usage

A propos de Seine Alliance
Seine Alliance avec plus de 30 ans d’expérience dans le secteur fluvial est la première compagnie parisienne à s’être engagée dans un processus d’électrification de l’ensemble de sa flotte à l’horizon 2024.
D’ores et déjà, après avoir équipé deux premières unités « test » en propulsion électrique, elle a développé avec plusieurs entreprises spécialisées, une ingénierie permettant de mettre en service pour des prestations touristiques, des bateaux optimisés selon un processus de recyclage décarboné. Ses bateaux sont amarrés au Port de Grenelle à PARIS (15ème) au sein de Paris Yacht Marina, lieu de privatisation d’espaces évènementiels.
A propos du Groupe Renault
Constructeur automobile depuis 1898, le Groupe Renault est un groupe international présent dans 134 pays qui a vendu près de 3,76 millions de véhicules en 2017. Il réunit aujourd’hui plus de 180 000 collaborateurs, dispose de 36 sites de fabrication et 12 700 points de vente dans le monde. Pour répondre aux grands défis technologiques du futur et poursuivre sa stratégie de croissance rentable, le groupe s’appuie sur son développement à l’international. Il mise sur la complémentarité de ses cinq marques (Renault, Dacia, Renault Samsung Motors, Alpine et LADA), le véhicule électrique et son alliance unique avec Nissan et Mitsubishi. Avec une écurie en Formule 1, Renault fait du sport automobile un vecteur d’innovation et de notoriété de la marque.
A propos de Green-Vision
Green-Vision est une jeune entreprise déjà forte d'une expérience de 10 ans dans le domaine de la conception de systèmes de batteries Lithium-Ion sur mesure et de la propulsion électrique. Motoriste de l'association Les Triplettes de Bonneville, elle obtenait un record du monde de vitesse moto électrique dès 2012, et a depuis innové dans de nombreux domaines.
Green-Vision a été l'une des premières sociétés à proposer à ses clients et partenaires l'utilisation de batteries lithium d'origine automobile.
Elle entretient depuis 3 ans une étroite collaboration avec le Groupe Renault en explorant l'immense étendue des possibilités de réemploi de ces batteries. De nombreux systèmes ont déjà été équipés et donnent entière satisfaction dans des domaines aussi variés que le transport frigorifique, la robotique ou le stockage stationnaire...
La réalisation des batteries du Black Swan, qui intègre une électronique de gestion de dernière génération, poursuit cette tradition d'innovation et d'efficacité autant énergétique qu'environnementale.

dimanche 3 novembre 2019

Une recharge de 300 km d'autonomie en 10, voire 5 mn ?

Privilégier la vitesse de recharge des batteries à l'augmentation démesurée de leur capacité - et donc de leur poids, de leur prix et de leur empreinte écologique - constitue l'un des challenges déterminant qui imposeront définitivement le véhicule électrique


Dans une recherche réalisée par une équipe d’ingénieurs de l’université américaine de Penn State le choix a été fait de maintenir la température interne de la batterie à 60° pendant les 10 mn de la recharge pour accélérer les réactions chimiques, plutôt que de laisser une recharge de plus longue durée échauffer intempestivement la batterie, au détriment de sa "bonne santé" .


Ils ont pu ainsi accroître l'autonomie de la batterie de 200 miles ( 320 km) avec cette  méthode dite de "modulation asymétrique de la température (ATM)" qui charge une cellule Li-ion à une température élevée de 60 ° C pour éliminer le phénomène de placage du Lithium en limitant le temps d'exposition aux 60°C à environ 10 min par cycle pour éviter les dégradation des matériaux. 

" En utilisant des matériaux de batterie disponibles dans l'industrie, nous montrons qu'une pile Li-ion à haute énergie (209 Wh / kg) avec la méthode ATM conserve une capacité de 91,7% après 2 500 cycles XFC (équivalent à 500 000 milles d'autonomie soit 800.000 km ...
La clé est de réussir un chauffage rapide, sinon la batterie reste à un niveau de température élevé trop longtemps, ce qui la dégrade fortement ... Et peu importe que le véhicule soit dans le désert de l’Arizona ou dans le Wisconsin en plein hiver et dans la neige et la glace, la batterie est toujours chargée à 60°C... 
Nous travaillons maintenant à réduire le temps de recharge de 10 minutes à 5 minutes. Si nous parvenons à cette objectif ambitieux, charger un véhicule électrique sera quasiment la même chose que faire le plein du réservoir d’un véhicule thermique...» explique le coauteur de la recherche Chao-Yang Wang

samedi 2 novembre 2019

Astarac-Arros en Gascogne : De nouvelles bornes de recharge rapide inaugurées dans le Gers.


Le dynamique SDE 32, Syndicat Départemental de l'Energie du Gers, poursuit son plan de déploiement de bornes de recharge par l'installation d'une nouvelle recharge rapide (42 kVA) sur la commune de Villecomtal sur Arros. 
La Communauté de communes Astarac Arros en Gascogne et "Le VE je le veux" invitent les électro- mobilistes à venir partager cette journée d'inauguration.
Première d'une liste de six qui dotera le Gers du maillage  de recharges rapides à 50 km idéal pour favoriser l'itinérance électromobile, cette borne qui permet en 1/4 h de charge de récupérer 100 km d'autonomie facilitera les déplacements vers la Bigorre et les Pyrénées centrales. 
 Cette journée d' inauguration sera l' occasion de découvrir et d'essayer, au village expo, des échantillons de la palette de véhicules 100% électriques disponibles sur le marché grâce à la participation des concessionnaires gersois qui ne manqueront pas de s'y associer.
L'inauguration sera suivie à 14 h d'une conférence qui fera le point sur la mobilité électrique en zone rurale.
Pour terminer la CCAAG invite les électromobilistes à faire un circuit découverte et de covoiturage à travers les collines de ce magnifique balcon pyrénéen. 

Merci aux participants de bien vouloir s'inscrire ici 👈

Liste des exposants et des véhicules qui devraient présentés
NISSAN Leaf et Evalia eNV200 + CITROEN C0 + HYUNDAÏ Kona 
VOLKSWAGEN et RENAULT devant nous réserver des "surprises"
la PEUGEOT e208 n'étant pas encore disponible. 

Ci-dessous la carte du circuit découverte 
   

Vous pouvez aussi consulter notre précédent article intitulé : 

Astarac, Arros en Gascogne, une communauté de communes rurales à la pointe de la transition énergétique.

vendredi 1 novembre 2019

Je roule électrique le nouveau site lancé par l'AVERE et le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire.

Je-roule-en-electrique.fr est une site d'information pédagogique géré par l'Avere-France, l'association nationale pour le développent de la mobilité électrique, en coopération avec 26 partenaires et le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Ce site veut accompagner les Français dans leur passage à une mobilité plus propre, plus économique et plus pratique en offrant des réponses éclairées à leurs questions.
____________________________________________________________
Tous nos meilleurs souhaits de réussite à cette heureuse initiative. 
Jean-Claude LE MAIRE

CITROËN passe à l’offensive électrique sur sa gamme VU !

  • Acteur majeur ayant marqué l’histoire des Véhicules Utilitaires, Citroën est actuellement la 6ème marque en Europe avec 9,2% de part de marché sur le premier semestre 2019.
  • Pour se renforcer Citroën déploie depuis 2018 une stratégie « Inspired by pro » : des solutions taillées sur mesure pour répondre aux attentes des clients professionnels que ce soit à travers les produits (nouvelles gammes Berlingo Van, Jumpy, Jumper) ou dans le réseau (la Manufacture, …)
  • D’ici 2025, la Marque s’apprête à lancer une grande offensive d’électrification avec pour objectif : 100% de sa gamme électrifiée. Cette offensive sera un vecteur de croissance important pour Citroën et concernera les véhicules utilitaires tout comme les véhicules particuliers associés. 
  • Prochaine étape, une version 100% électrique de Jumpy courant 2020 qui profitera de toute l’innovation du Groupe PSA en matière d’électrification et qui sera rejointe par une version 100% électrique de Nouveau Berlingo Van à horizon 2021. 


01 – UNE GAMME « INSPIRED BY PRO », TOURNÉE VERS L’ÉLECTRIFICATION 

Citroën est un acteur majeur du marché des utilitaires dont la légitimité n’est plus à démontrer. Cette année du centenaire de la Marque a permis de remettre en avant des silhouettes singulières qui ont marqué l’histoire automobile comme 2 CV fourgonnette, Type H, C15, ou Berlingo. Citroën est aujourd’hui le 6ème constructeur automobile en Europe avec une part de marché de 9,2%. Une performance portée par des produits au caractère fort qui de Nouveau Berlingo Van à Jumper en passant par Jumpy, se démarquent par un sens pratique et un confort de référence. Des modèles inspirés par l’usage des clients et proposant différentes adaptations permettant de répondre aux besoins de chaque professionnel. Cette philosophie « Inspired by Pro » s’étend également dans le réseau avec un nouveau concept retail dédié aux professionnels nommé la Manufacture, qui démontre la volonté de la Marque d’offrir à l’ensemble de ses clients des standards adaptés en termes d’accueil, de personnalisation et de confort, au service d’une expérience unique.

Actrice de la transition énergétique et inspirée par les nouveaux usages, la Marque s’apprête à lancer une grande offensive d’électrification de sa gamme utilitaire. Déjà présente sur des marchés très ciblés avec Berlingo Electric et la commercialisation prochaine de Jumper Electric (début 2020), la Marque entend renforcer son offre électrique à destination des professionnels avec une gamme de fourgons compacts 100% électrifiée d’ici 2021. Une offre qui profitera aux professionnels en proposant un niveau de confort de référence, un coût à l’usage maîtrisé, la liberté d’accéder aux centres-villes, une capacité à assurer les livraisons du dernier kilomètre et à répondre au développement des activités de e-commerce. D’ici deux ans, la Marque proposera le meilleur savoir-faire du Groupe PSA en termes d’offre 100% électrique en proposant une version 100% électrique de Jumpy (courant 2020) et une version 100% électrique de Nouveau Berlingo Van (horizon 2021). Une électrification qui concernera les véhicules utilitaires mais également les modèles à destination des particuliers associés. 

02 – CITROËN JUMPY : PREMIER MODÈLE DE L’OFFENSIVE ÉLECTRIQUE  

JUMPY : RÉFÉRENCE DES FOURGONS COMPACTS
Fidèle à la signature de Marque « Inspired by Pro », Citroën Jumpy, lancé en 2016 et vendu à plus de 135000 exemplaires, a récemment fait évoluer sa gamme pour se rapprocher au plus près des attentes des clients professionnels. Alliant robustesse et grande capacité de chargement, Citroën Jumpy propose une gamme calibrée, déclinée en 5 versions dont 3 nouvelles (Worker, Driver et CityVan) ciblant précisément 3 types d’usages : les chantiers (avec suspension rehaussée, plaque de protection, charge utile majorée, Grip Control), les longues tournées (avec des aides à la conduite, dédiées au confort et à la sécurité), ou en ville (avec plus d’agilité et de facilité).  Autant de versions qui font de Citroën Jumpy le partenaire incontournable d’une clientèle professionnelle aux besoins variés.

L’UTILITAIRE EN MODE Ë-CONFORT
Pour apporter aux professionnels des solutions concrètes à la mobilité en milieux urbains mais également en zones rurales grâce à une autonomie permettant d’assurer la plupart des déplacements, Citroën complètera courant 2020 sa gamme d’une offre 100% électrique de son fourgon compact. Sans compromis sur les prestations, cette version 100% électrique de Jumpy s’adressera à une clientèle à la recherche d’agrément et de sérénité au volant et permettra à chaque entrepreneur de pratiquer son activité autrement et de véhiculer une image positive en préservant l’environnement.  

Basée sur la plateforme multi énergie EMP2 du Groupe PSA, cette version électrique de Jumpy sera proposée avec  2 niveaux d’autonomie qui donneront une nouvelle dimension au confort de Jumpy et renforceront la sérénité de chaque artisan.
  • Sérénité de l’autonomie permettant d’assurer les missions quotidiennes de la plupart des professionnels :
    • 200 km sur cycle WLTP équipé d’une batterie de 50 kW
    • 300 km sur cycle WLTP équipé d’une batterie de 75 kWh
  • Confort : absence de vibration, de bruit et grande fluidité de mouvement ;
  • Agrément de la conduite en mode électrique avec un couple immédiatement disponible et l’absence de passage de rapports de vitesses ;
  • Sérénité d’usage : liberté d’accès aux zones réglementées avec seuils d’émissions de CO2 permettant à chaque artisan et/ou livreur de rester au plus près de ses clients ;
  • Volume de charge utile identique aux versions thermiques ;
  • Coût à l’usage réduit.

Dès 2020, Jumpy entend bien devenir la nouvelle référence des fourgons compacts sur le marché de l’électrique.
                
 « Citroën est une Marque centenaire qui profite de près de 90 ans de savoir-faire sur le territoire des utilitaires. Actrice de la transition énergétique et inspirée par les usages des professionnels, Citroën lance aujourd’hui une grande offensive autour de l’électrification de sa gamme de véhicules utilitaires, visant à proposer sur chaque fourgon compact d’ici 2021 une offre électrifiée bénéficiant du meilleur savoir-faire de PSA, en complément d’offres thermiques efficientes ».    Laurence Hansen – Directrice Produit et Stratégie Citroën  
 
La Marque Citroën
Au cœur du marché automobile, Citroën s’affirme depuis 1919 comme une marque populaire au sens noble, faisant des gens et de leurs modes de vie sa première source d’inspiration. Un esprit souligné par sa signature ‘Inspired by You’ et incarné par des voitures alliant design unique et confort de référence. Au sein des généralistes, Citroën se distingue aussi par l’expérience singulière offerte à ses clients (Citroën Advisor, ‘La Maison Citroën’, etc.). En 2018, la Marque a vendu 1,05 million de véhicules dans plus de 80 pays. 



mardi 29 octobre 2019

UN MOTEUR PAR ESSIEU, TRANSMISSION INTEGRALE : LE NOUVEAU PROTOTYPE DE DEVELOPPEMENT 100% ELECTRIQUE PAR NISSAN

Un moteur électrique par essieu, 310 ch., 680 Nm, une transmission intégrale intelligente Nissan a dévoilé un véhicule test unique, basé sur la berline LEAF e+, et comportant de nombreuses autres technologies en cours de développement. Celles-ci sont destinées à la prochaine génération de véhicules électriques  de la marque.
Voir la vidéo de présentation
"D'ici peu, Nissan com-mercialisera une nouvelle génération de véhicules électriques qui constitueront, une nouvelle fois, une véritable rupture » affirme Takao Asami, senior vice president for research and advanced engineering de Nissan. "La technologie 100% électrique associée à une transmission intégrale intelligente, s'ajoutant à la technologie Nissan Chassis Control, va permettre des progrès significatifs en termes de reprises, de tenue de route, de freinage ; à l'image des performances de véritables voitures de sport ».
Cette technologie électrique, axée sur le Plaisir de conduit, est un élément-clé découlant de la vision Nissan Intelligent Mobility, vision de la marque quant à la propulsion, à la conduit et à l'intégration des véhicules à la société.
Double motorisation : forte puissance et progressivité
En utilisant deux moteurs électriques, soit un par essieu, la chaîne cinématique de cette LEAF particulière développe 227 kW –environ 310 ch.- et un couple maximal de 680 Nm. Cette puissance est gérée grâce au contrôle haute-précision des moteurs électriques. Résultat : des accélérations très franches, sportives, mais une très grande facilité de conduite grâce à la progressivité de ces accélérations.
Pour les conducteurs, la transmission intégrale et son, contrôle permettront une pklus grande sécurité, et une confiance renforcée, quell que soit l'état de la route ou la météo.
Un confort à bord inégalé
La précision de la gestion des moteurs permet un confort à bord inégalé, grâce à la progressivité dispensée. Roulis et tangage sont minimisés grâce à la régénération d'énergie renforcée au lever de pied et au freinage. Lors des ralentissements en agglomération, cela évite aux passagers de subir de trop forts mouvements de caisse, et réduit d'autant leur inconfort. De la même façon, sur chaussée dégradée, et en accélération,  le contrôle des moteurs électriques est optimisé afin de maintenir un confort optimal en minimisant les mouvements irréguliers.
Contrôle de freinage indépendant
Par-delà le contrôle indépendant du couple entre les essieux avant et arrière, la technologie permet une repartition de freinage indépendante à chacune des quatre roues afin d'optimiser l'efficacité et la force du freinage. Cela permet au conducteur de profiter pleinement des trajectoires qu'il souhaite suivre, et avec une sécurité maximale.
Le porte-drapeau de Nissan Intelligent Mobility
Même s'il s'agit d'un véhicule-test, banc d'essai roulant de technologies de pointe, le design de cette LEAF spéciale n'a pas été oublié. L'objectif : faire ressentir l'enthousiasme pour les performances offertes par le véhicule. Elargisseurs d'ailes, bas de caisse, jantes issues du rallye, l'aspect visuel de la voiture démontre qu'elle est développée pour affronter des conditions de roulage dégradées lors de ces tests.
A bord, un écran de 12,3'' occupe le centre de la planche de bord. Sur cet écran apparaissent, en temps réel, toutes les informations à propos de la gestion des deux moteurs électriques et du Nissan Chassis Control, via une interface dédiée. Ainsi, conducteur et passagers peuvent aisément comprendre le fonctionnement du véhicule et sa gestion intelligente.