jeudi 18 août 2022

Ensemble, faisons le choix de la mobilité verte en soutenant la levée de fonds participative de RED&WHITE

 Red & White  agit dans le domaine du transport de personnes avec chauffeurs. Notre stratégie, axée autour de la mobilité électrique, promet de diminuer de 4500T par an les émissions carbone de ce secteur d’activité d’ici 2025.

© Christophe Sindres

Les impacts sont écologiques, sociaux parce que nous fuyons les modèles ubérisés et créons des emplois, économiques parce que nous sommes acteurs des développements de nos territoires. 

L’action de tous étant une somme d’actions individuelles, nous avons besoin de vous pour nous aider à obtenir les moyens de notre ambition.

En fournissant des véhicules électriques à des chauffeurs professionnels indépendants, RED AND WHITE peut proposer un service de mobilité à haute valeur ajoutée. Entreprises, collectivités, ESS, personnes fragiles, particuliers, tous peuvent accéder aux services de Red and White Mobilité, en utilisant l’application  RED & WHITE .

REMOOVE 2022
À cette fin, nous avons convaincu Movivolt, société d’état détenue par la Caisse des Dépôts et Consignation et Véhiposte, de bouger les lignes du financement automobile. La réflexion est articulée autour de la longévité des véhicules. Cette dernière est de 700 000km soit 10 ans d’utilisation pour un professionnel.

Movivolt accepte d’acquérir une flotte de 300 véhicules d’ici 2025, de les louer en longue durée à Red and White sur 4 ans et 400 000km (cette LLD est innovante) , qui a son tour, les loue à des chauffeurs indépendants à des prix très préférentiels. La condition de Movivolt est l’augmentation des fonds propres de Red and White.

La flotte ainsi constituée,  Red and White  peut élargir son offre de mobilité et proposer un service de transport d’agglomération en rural ou de rural en rural. L’application de réservation étant active depuis 2019, nous possédons un portefeuille clients conséquent en étant partenaire de la SNCF, de Booking, du groupe Accor, d’Appart City, du rapatriement assurance et du transport des personnes fragiles. Nous nous positionnons sur la liaison du dernier kilomètre, depuis ou vers les gares et aéroports avec une réservation à la place efficiente, là où le transport collectif est déficient. 

RIVE PARIS 2022
Enfin, pour maitriser l’écosystème, il est nécessaire de fournir des bornes lentes aux chauffeurs et de pouvoir disposer des charges rapides et super rapides sur les zones de chalandises. Le groupe Red and White devient alors promoteur du développement de bornes électriques. Nous sommes pour cela en discussion avec les fournisseurs d’énergies. 

Notre activité est en adéquation avec la Loi d’Orientations et Mobilités, la loi Climat & Résilience, les nouvelles politiques de zones à faibles émissions et la nécessité de réduire notre empreinte carbone.

Pour obtenir les moyens de son ambition,  Red & White  est en levée de fonds participative. 

Investir à partir de 10€ dans Red and White, 

c’est épouser le modèle économique de la transition écologique. 

Ci-dessous notre lien de campagne : 

👉 https://www.wedogood.co/red-and-white-mobilite/ 👈

Merci à tous, 


# 4° Bilan des douze premiers mois de cette vertueuse convergence

 Des débuts encourageants mais ... peut mieux faire !

Voici les chiffres bruts pour la première année de fonctionnement du photovoltaïque de juin 2021 à mai 2022. A gauche ceux fournis par le système de contrôle de mon installation PV; à droite les indicateurs de consommation estimés par l’application My Equilibre d’EDF . 

Comme évoqué précédemment, le déphasage entre production et consommation  se confirme nettement avec une autoconsommation de 2,9 MWh pour une production de 6,8 KWh  soit 42,6 %  ce qui signifie que 57,4 % de ma production est réinjectée dans le réseau pour un rachat à  0,10  € le kWh et mon indépendance énergétique s'est limitée à 22,5 %. 




Au travers de ces différents schémas on voit bien se dessiner les limites de l’intérêt de l’autoconsommation individuelle . 
Compte tenu de ces déphasages importants a-t-on vraiment intérêt à investir dans une installation PV ?
Pour répondre à cette question il est utile de chiffrer les apports en terme d'économies réalisées au regard de l'investissement de départ. Cette installation de 4,92 kWc réalisée en 2021 avec COURANT NATUREL dans le cadre d'un groupement d'achat pour un montant de 7.330 € ( 8.880 € - 1.550 € de prime ) à produit 6.800 kWh dont j'ai autoconsommé 2.900 MWh m'économisant 465 € sur ma facture EDF auxquels il faut ajouter les 390 € de revente des 3900 kWh d'excédent de production.
Cette valorisation des importation, production, consommation et auto conso est faite sur les valeurs unitaires de 0,16 € / kWh , et 0,10 € / kWh pour le rachat. 
Notons au passage que si j'avais pu autoconsommer toute ma production soit 53% de ma consommation je n’aurais importé « que » 968 €. 
On peut donc déjà constater que les 855 € de rapport annuel  permettent d’amortir mon installation de 7.330 € en moins de 10 ans. 
Ce qui est tout de même plus intéressant qu’un placement en livret épargne … mais  … on voit également apparaitre une évaluation d’économies en carburant ? 
Car outre l’impact sur ma consommation électrique il convient de prendre en compte que pour les 13.000 km parcourus  à 20 kWh/100km,  soit 473 €, au lieu d’au minimum 1400 € en thermique c'est un millier d’€  d'économies supplémentaires et donc au total 1786 € bienvenues pour mon budget. Des résultats très encourageants qui laissent augurer une durée d'amortissement bien meilleure. 
Pour répondre à la question initiale oui, je crois qu’il est intéressant d’envisager l’installation photovoltaïque.

Prochain article :  5° Comment aller plus loin dans l'autoconsommation de la production . 

dimanche 14 août 2022

# 3° Electromobilité et autoconsommation photovoltaïque ...une vertueuse convergence

Quelques rappels de notions utiles : 

Par ces temps, où les incitations à booster le recours aux énergies renouvelables ouvrent un boulevard aux margoulins en tous genres pour profiter de la naïveté du public et de la complicité de démarcheurs sans scrupules offrant d'alléchantes solutions de financement à des installations mirobolantes, il nous parait nécessaire de faire un rapide détour par quelques notions de base. 
Si notre astre du jour nous gratifie annuellement de 1000 milliards de gigawatts-heures - soit # 10.000 fois une consommation énergétique mondiale annuelle qui correspond, elle, à l'énergie fournie par 3/4 heure d'ensoleillement - la récupération de ce potentiel énergétique passe par des contraintes liées aux technologies disponibles. 
La puissance du rayonnement solaire reçu varie également en fonction de notre latitude, de la saison, de l'heure (voir Site de l'UE


Exemple 

Persuadé de l'intérêt que pouvait représenter le recours à l'installation de panneaux photovoltaïques j'ai rejoint le collectif d'électromobilistes toulousains qui avaient constitué un groupement d'achat pour l'acquisition de leurs VE ( tarif obtenu 100 €/mois pour une Leaf 24 kW entrée de gamme ) ; dans le même esprit l'action collective du groupe m'a permis la réalisation d'une installation de 12 panneaux pour une puissance de 4,92 kWc. En superposition sur la face sud du toit ils n'ont pas les conditions optimales de production mais atteignent 4,5 kW en maximum. 
Dès les premiers mois de fonctionnement j'ai pu vérifier la qualité de l'installation, la fiabilité du matériel et l'exactitude des estimations envisagées lors de la commande. Par contre c'est également très vite confirmé le déphasage important existant entre les périodes de forte production (en bleu sur le graphe ) et d'importante consommation ( en bistre sur le graphe ). 
La possibilité de brancher mon VE dans la journée pour recharger la batterie s'est avérée comme une façon très efficace de stocker l'électricité produite par mes panneaux et d'optimiser ainsi, en partie, l'autoconsommation de ma production grâce à cette vertueuse convergence. 


Prochain article :  4° Bilan des douze premiers mois de cette vertueuse convergence 


mercredi 10 août 2022

# 2° : La voiture électrique vecteur d'accélération de la transition énergétique si ...

 Le véhicule 100 % électrique (VE) se décline aujourd’hui dans tous les modes de transports: voitures, bus, camions, trains, bateaux, bicyclettes, trottinettes, rollers et même avions.  Les réseaux de bus électriques sont essentiellement urbains, et l’on voit se développer des véhicules de livraison dits « du dernier kilomètre » autorisant l’accès en centre-ville à des VE utilitaires, comme le Colibus, car silencieux et non polluants .

A ce jour, dans le monde circulent 10 millions de voitures électriques; la France, dans le trio de tête européen avec la Norvège et l'Allemagne, avec ses quelques dizaines de milliers de véhicules affichent une progression régulière , le nombre d'immatriculations doublant environ tous les deux ans. 

C'est très insuffisant pour atteindre les objectifs fixés par les pouvoirs publics tant  par la loi de 2015 que par la COP 21.

Depuis la création de ce blog je n'ai de cesse de rappeler que 👉"Non la voiture électrique et la mobilité électrique ne sont pas des gadgets pour "les autres", elles sont un des atouts de "notre" transition énergétique"👈 
Hélas ! nombre de constructeurs automobiles n'ont pas cru au "changement de paradigme de la bagnole" plutôt que de questionner leur entêtement absurde; pour tenter de se dédouaner ils préfèrent asséner des contrevérités, dénigrer le VE et, à grand renfort de campagnes publicitaires et de pseudo-bonus écologiques (1), prétendre "électrifier leur gamme de véhicules" inaccessibles aux bourses modestes, en proposant, avec la complicité de l'Etat, des véhicules hautement énergivores en hydrocarbures pour effectuer 600 à 700 km d'autoroute mais labellisés hybrides grâce aux malheureux 10 à 20 kWh de la batterie embarquée. (2)

Pourquoi uniquement le 100% électrique ?
Contrairement aux véhicules  utilisant des moteurs thermiques, la voiture 100% électrique peut contribuer doublement à la réussite de la transition énergétique: 
  • en favorisant la décarbonation des transports en tant que véhicule,  
  • mais également comme moyen de stockage et de redistribution des énergies renouvelables et notamment photovoltaïque. 

Le véhicule voiture électrique vecteur efficace de la décarbonation des transports : 


Merci à Acti-VE
Le VE économise quatre fois plus l’énergie embarquée qu'un véhicule thermique90% en étant restituée à la roue contre seulement 20 à 25% pour les thermiques. Un moteur électrique a 50 pièces en mouvement contre 250 pour un moteur thermique !

Zéro émission de CO²et de GES: Absence  de gaz résiduels de la combustion de carburant et beaucoup moins d’émissions de particules car le freinage  est essentiellement assuré grâce au frein moteur régénérant par la même occasion de l'électricité . 

Entretien moins onéreux: Suppression de la carburation, exit les huiles et les vidanges , de boite de vitesses, d’embrayage, de courroie de transmission. Le moteur électrique est quasiment increvable.

Aide au sevrage des hydrocarbures vs la propagande des lobbies pétroliers : à l' usage, très rapidement, l' électro-mobiliste constate avec grand intérêt qu'il n'a plus besoin de passer à la pompe pour satisfaire à la grande majorité de ses déplacements quotidiens. Le VE s'impose en premier véhicule alors qu'il était initialement acquis en second véhicule. 

Confort de conduite et sécurité routière: la tenue de route et les accélérations surprenantes contribuent à accroître la sécurité tout comme le fait que le moteur électrique ne cale pas; silence dans l'habitacle, démarrage en côte simplifié et les aides à la conduite  participent au remarquable confort de conduite.

Son usage s’adapte idéalement aux nouvelles formes de mobilité : Son faible coût d'entretien et de fonctionnement optimise le co-voiturage tandis que sa simplicité d'utilisation se prête parfaitement à l'auto partage. 

Un bilan carbone du Conseil International pour des transports propres (ICCT) qui confirme que la voiture électrique permet d’économiser en Europe entre 66 et 69% de rejets de CO2 par rapport à une voiture thermique conventionnelle. 

La voiture électrique vecteur de stockage et de redistribution des énergies renouvelables et notamment de l'électricité photovoltaïque. 

Sources d'énergie du véhicule ( garanties 8 à 10 ans ) les batteries sont reconditionnées pour une deuxième vie dans des unités de stockage d'électricité éolienne ou photovoltaïque avant d'être recyclées à 98% par une filière industrielle en cours de structuration. 

Tout d'abord il convient de repréciser leur différents modes de recharge
  • La recharge rapide indispensable à l’itinérance (3), puisqu'elle permet en quelques minutes de récupérer les centaines de kilomètres pour effectuer de longs trajets. Délivrant aujourd'hui entre  40 à 50 kW ces bornes délivreront demain de 150 à 400 kW pour accompagner l'augmentation de capacité des batteries. Les superchargeurs délivrant des puissance de charge de 75 à 350 kW ont maintenant fait leur apparition à proximité ou sur les aires d'autoroutes offrant (à des coûts proches des hydrocarbures ) la possibilité d'une recharge le temps d'une "pause café". 
  • La recharge accélérée occasionnelle sur des bornes délivrant généralement 22 kW qui permet de compléter la charge du véhicule pendant un stationnement n'excédant pas 2 h. 
  • La recharge normale qui s'effectue à 3 kW au domicile dans 95 % des cas sur une prise de 230 v ou à 7 kW à l'aide d'une prise dédiée. Elle peut donc se réaliser quand la voiture est à l'arrêt au garage ou en stationnement prolongé sur des emplacements aménagés appelés ombrières photovoltaïques.
  • La recharge intelligente, économique et sobre pourrait utilement compléter le tableau (5)

Contribution au stockage et à la redistribution de l'électricité photovoltaïque ou "verte":

En équipant de points de charge (4), des "ombrières" alimentées par des panneaux photovoltaïques, à domicile, sur les parkings d'entreprise  mais également  les aires de co-voiturage , de rabattement ou les parkings de gares multimodales la batterie de la voiture devient un vecteur de stockage et de redistribution de l'électricité photovoltaïque.

Exemple: Dans ces conditions un emplacement de parking couvert par 25 m² de panneaux va générer environ 15 kwh par jour en moyenne soit 3 fois la quantité d'énergie nécessaire pour faire les 33 km pendulaires quotidiens. 
De retour au domicile la  batterie peut réinjecter sur le réseau les 5 à 10 kWh utiles pour amortir la consommation de crête et compléter ensuite sa charge durant les heures creuses de la nuit.
Par cette double fonction de stockage et de restitution ( Vehicule to GRID ou V2GRID ) elle contribue ainsi au maillage des réseaux intelligents ( SMARTGRIDS ) en cours de développement. 

Au contraire du véhicule thermique, dopé aux hydrocarbures, qui transfère le carbone fossile dans l’atmosphère, le véhicule électrique, quatre fois plus sobre en énergie, aide au stockage et à la redistribution de l'électricité produite à partir des ENR. C'est déjà d'ailleurs le cas avec les nombreuses bornes que les syndicats d'énergie et compagnies électriques alimentent avec de l'électricité verte , essentiellement d'origine hydroélectrique.    

L'écran ci-dessous résume les 12 mois d'utilisation, de Juin 2021 à Mai 2022, de ma NISSAN Leaf 62 kWh.
















13000 km parcourus avec une autonomie moyenne de 372 km à raison d'une consommation de 20 kWh / 100 km.
Au total 2523 kWh de consommés dont 591 kWh de régénération ( soit 23,42 % ) restitués par le frein moteur



Prochain article :  3° Electromobilité et autoconsommation photovoltaïque ...une vertueuse convergence  

lundi 1 août 2022

# 1° - Pour une transformation énergétique socialement équitable, une nécessaire mobilisation citoyenne sur les territoires ...

        Lors de sa dernière assemblée générale, la Fédération FAUVE a missionné "La Coopér@ctiVE" afin, sous forme de label, d'explorer et mettre en exergue la convergence d'intérêts citoyens qui existe entre mobilité électrique et production photovoltaïque .
    Au cours de cette série d'articles, en nous appuyant sur les acquis incontestables tant de l'électromobilité que de l'électricité photovoltaïque, nous vous proposerons d'en explorer les tenants et les aboutissants.      

1° Communautés d'énergie renouvelable : la clef de la révolution énergétique


    La Coopéractive label des CER de FFAUVE
Dans un monde confronté à une urgence climatique, la nécessité d’opérer, au niveau européen, une transition énergétique vers un système sans combustibles fossiles n’a jamais été aussi pressante. À travers le monde, certaines communautés sont déjà victimes des impacts du changement climatique. L’Europe, en tant que berceau de la révolution industrielle et comptant parmi les régions les plus riches du monde, se doit de prendre la tête du combat qui permettra d’enrayer le réchauffement climatique. 


Une transformation énergétique socialement équitable nécessite de placer le contrôle des énergies renouvelables entre les mains des communautés et des citoyens – c’est-à-dire se réapproprier le pouvoir détenu par le secteur des combustibles fossiles, qui n’a cessé de bloquer les actions menaçant ses intérêts financiers, au détriment des populations et de la planète. 

Dans toute l’Europe, le débat autour de la révolution énergétique s’intensifie. 

    Les citoyens, les communautés, les villes et les collectivités locales sont à l’avant-garde de la transition énergétique européenne : de plus en plus, ceux-ci contrôlent et produisent leur propre énergie renouvelable, et encouragent une transition énergétique vers des modèles plus équitables, démocratiques et décentralisés. En effet, les premières éoliennes ont vu le jour grâce à des citoyens qui se sont réunis sous la forme de coopératives (ou « communautés d’énergie renouvelable »). 
    Dans toute l’Europe, des citoyens et des communautés mettent actuellement en œuvre leurs propres projets d’énergie renouvelable et systèmes de stockage d’énergie, et prennent des initiatives en matière d’isolation des bâtiments et des habitations. Cette énergie a la capacité d’accélérer la transformation énergétique et de la rendre plus équitable, tout en comportant une plus-value sociale. 

Le mouvement pour une énergie issue des communautés d’énergie renouvelable a récemment reçu un coup de pouce : la législation européenne donne dorénavant le droit aux communautés et aux individus de produire, stocker, consommer, partager et/ou revendre leur propre énergie. 

    Tous les États membres de l’UE sont concernés. En Europe, la production d’énergie issue des communautés d’énergie renouvelable a un potentiel considérable. Une récente étude révèle en effet que la moitié des citoyens européens – y compris les communautés locales, les écoles et les hôpitaux – pourraient produire leur propre électricité renouvelable d’ici 2050, couvrant ainsi 45 % de la demande en énergie. 
    Ainsi, conformément aux nouveaux droits accordés aux communautés et aux citoyens en matière d’énergie, ce potentiel doit être pleinement exploité en vue de mettre l’Europe sur le chemin de la transformation énergétique nécessaire.


Communauté d'énergie renouvelable
LOI n° 2019-1147 du 8 novembre 2019 relative à l'énergie et au climat

Le code de l'énergie est ainsi modifié :
1° Après l'article L. 211-3-1, sont insérés des articles L. 211-3-2 et L. 211-3-3 ainsi rédigés :
« Art. L. 211-3-2.-Peut être considérée comme une communauté d'énergie renouvelable une entité juridique autonome qui :
« 1° Repose sur une participation ouverte et volontaire ;
« 2° Est effectivement contrôlée par des actionnaires ou des membres se trouvant à proximité des projets d'énergie renouvelable auxquels elle a souscrit et qu'elle a élaborés. Ses actionnaires ou ses membres sont des personnes physiques, des petites et moyennes entreprises, des collectivités territoriales ou leurs groupements ;
« 3° A pour objectif premier de fournir des avantages environnementaux, économiques ou sociaux à ses actionnaires ou à ses membres ou aux territoires locaux où elle exerce ses activités, plutôt que de rechercher le profit.
« Une communauté d'énergie renouvelable est autorisée à :
« a) Produire, consommer, stocker et vendre de l'énergie renouvelable, y compris par des contrats d'achat d'électricité renouvelable ;
« b) Partager, au sein de la communauté, l'énergie renouvelable produite par les unités de production détenues par ladite communauté ;
« c) Accéder à tous les marchés de l'énergie pertinents, directement ou par l'intermédiaire d'un agrégateur.
« Un décret en Conseil d'Etat précise les modalités d'application du présent article.

Prochain article :  2° La voiture électrique vecteur d'accélération de la transition énergétique

dimanche 24 juillet 2022

La gamme de TEMLab: 4 solutions au service d'une recharge intelligente, économique et sobre.

Nous vous avons présenté à plusieurs reprises dans ces colonnes les solutions au service d'une recharge intelligente, économique et sobre proposées par la société TEMLab. Voici aujourd'hui une actualisation de l'offre.  

La Borne de Recharge Miniature TINY

Intelligente : Grâce au module de gestion de charge dynamique POWER BOOST, la puissance de recharge varie en fonction de la consommation totale de la maison.
Programmable : Grâce au mode CHARGE PLANNER, il est possible de programmer la charge pour qu'elle ne fonctionne que dans les périodes d'heures creuses.
Efficace : Avec une puissance de charge en 7 kW, rechargez jusqu'à 400 kilomètres d'autonomie en 10 heures.
Tactile : Passez en heure creuse en touchant la borne.
Compacte : Petite et légère : 18cm x 13cm     Sécurisée : Possibilité de verrouiller la borne par clés.
Pratique : Avec un câble attaché torsadé de 4 mètres, compatible prise T2, plus besoin de sortir son câble.   Facile à installer

 La recharge mutualisée & partagée MANY


Une même armoire regroupe et mutualise la recharge jusqu'à 12 véhicules.
Le système intelligent, recharge tous les véhicules, les uns après les autres, par cycle de charge de 10 à 30 minutes.
L'installation ne demande qu'une faible puissance réseau, équivalente à une seule borne traditionnelle : 7 kW en monophasé ou 22kW en triphasé. 
Investissement de départ économique, en comparaison à l'installation de plusieurs bornes indépendantes. Facilité d'ajouter jusqu'à 12 points de charge par armoire au cours du temps.
Armoire déportée des points de charge dans un espace sécurisé contre le vandalisme et les agressions climatiques.
Possibilité de relever les consommations grâce à un compteur MID et visualisation sur une Interface Homme Machine (IHM).
Contribue activement à la transition vers une société sans énergie fossile en permettant d'équiper jusqu'à 100% des places de stationnement sans saturer le réseau électrique.

La Borne de Recharge Mobile: MOBY

La solution pour l'événementiel et les installations provisoires qui s'alimente sur prise P17.  
Facilement transportable.
Protection incluse dans l'armoire renforcée.
Armoire mutualisée permettant recharge en 3 configurations possibles des prise T2S : soit  3 x7kW ou 2 x 11kW ou 22 kW triphasé


La Borne de Recharge PREMY

Recharge en 7 kW monophasé ou 22 kW triphasé
Coffret métallique bicolore design
Contrôlez la recharge avec badge RFID ou une clé
Résistante aux intempéries
Possibilité de mettre une ou deux prises T2S
Possibilité d'ajouter une ou deux prises E/F
Possibilité de mettre un câble attaché compatible prise T2
Voyants lumineux qui indiquent les étapes de charge


Pour plus d'informations TEMLab 👈

mercredi 20 juillet 2022

L'intégration des véhicules au réseau aidera les flottes électriques à atteindre les objectifs d'énergie propre (Communiqué WSP-Université du Colorado)

Le réseau électrique de demain "doit capter et stocker l'énergie lorsque le soleil ne brille pas ou lorsque le vent est calme", ​​selon un nouveau livre blanc de WSP-Université du Colorado. 

Les progrès de la technologie d'intégration véhicule-réseau (VGI), qui permettront à un véhicule électrique de stocker l'énergie produite par l'énergie solaire dans sa propre batterie pour une utilisation en dehors des heures de clarté, sont la clé de l'adoption généralisée et réussie des flottes de véhicules électriques.

Ce n'est là qu'une des nombreuses conclusions clés de la recherche menée par WSP USA, en collaboration avec l'Université du Colorado, pour un nouveau livre blanc important, Beneficial Transportation: How Vehicle-Grid Integration Makes Fleet Electrification a Win-Win.

À mesure que l'adoption des véhicules électriques parmi les flottes publiques et privées augmente, répondre aux besoins énergétiques de ces véhicules avec de l'électricité propre est impératif pour la transition vers un avenir sans carbone, selon l'étude. VGI équilibre la demande d'énergie et donnera aux propriétaires de flottes privées et publiques le pouvoir de fournir de l'électricité à leurs propres installations d'une manière propre, dispatchable et bénéfique pour le réseau.

"En raison de la nature variable et intermittente des technologies d'énergie renouvelable, le stockage de l'énergie sera essentiel", selon le livre blanc. « Le réseau d'aujourd'hui a été construit sur le concept d'une alimentation de secours constamment disponible ; le réseau de demain doit capter et stocker l'énergie quand le soleil ne brille pas ou quand le vent se tait. »

Le livre blanc de 38 pages couvre un terrain important avec la technologie qui sera d'intérêt et de valeur pour les flottes publiques et privées compte tenu de cette transition, répondant aux questions sur l'état actuel de l'électrification de la flotte et des ressources énergétiques distribuées (DER), transformant les véhicules électriques de la flotte en DER. , VGI et santé de la batterie, considérations d'équité énergétique et applications idéales pour la technologie VGI.

Déjà, WSP a développé plus de 100 projets de flotte zéro émission dans le monde et a développé une compréhension globale des défis auxquels les agences de transport sont confrontées avec ces transitions, tout en forgeant des solutions créatives et innovantes pour y faire face. WSP offre des services de planification, d'ingénierie et de gestion de projets aux propriétaires et exploitants de flottes.

Avantages de revenus supplémentaires

Les VGI, les DER et l'électrification des flottes de véhicules moyens et lourds "ont la capacité de remodeler l'avenir du secteur des transports durables - ainsi que le réseau électrique - pour le mieux", selon le livre blanc.

"Lorsque les batteries de véhicules interagissent avec le réseau dans un flux d'énergie bidirectionnel, les flottes de véhicules électriques [véhicules électriques] peuvent servir à la fois la mobilité et le DER", révèle le rapport. « Non seulement cela, mais les flottes de véhicules électriques peuvent agir comme des sources de revenus supplémentaires en revendant leur énergie stockée sur le réseau. Cela peut réduire le coût global de possession d'un véhicule électrique et réduire les périodes de récupération pour la transition des moteurs à combustion interne. Lorsqu'elle est combinée avec des batteries solaires ou stationnaires sur le toit, la technologie peut jouer un rôle important dans l'élaboration de solutions énergétiques localisées. »

Une application unique des services VGI mise en évidence dans le livre blanc concerne les connexions véhicule-bâtiment, où les véhicules déchargent de l'énergie vers des bâtiments individuels plutôt que vers le réseau. Un transfert de véhicule à bâtiment permet en fait à l'opérateur de flotte de contourner certaines exigences d'autorisation requises pour les interconnexions de véhicule à réseau. De plus, le cycle intelligent de la batterie peut gérer l'état de charge d'une batterie de manière à ralentir la dégradation tout en gérant la batterie du véhicule électrique avec VGI lorsqu'elle n'est pas utilisée pour sa fonction principale.

Du point de vue de l'équité, VGI étend les avantages des véhicules électriques à davantage de membres de la communauté ; réduit la dépendance globale de l'opérateur vis-à-vis des centrales de pointe à combustibles fossiles, qui augmentent souvent la production lorsque la demande est élevée ; et assure la sécurité énergétique dans les zones les plus vulnérables aux pannes de courant ou à d'autres impacts climatiques. En fournissant un stockage d'énergie supplémentaire pendant les pics de demande, les batteries des véhicules électriques peuvent lisser les périodes de forte demande et réduire les coûts des services publics pour tous les clients. À l'inverse, ne pas compléter le réseau avec des véhicules électriques nécessite plus d'énergie et une infrastructure de services publics plus coûteuse. Ces coûts sont répercutés sur tous les consommateurs d'énergie, qu'ils conduisent ou non un véhicule électrique.

Comme avantage supplémentaire, le livre blanc explique comment l'énergie des flottes de véhicules électriques peut être utilisée pour alimenter des installations critiques dans des situations d'urgence ou fournir des services de réseau inestimables lors d'événements météorologiques extrêmes.

L'étude examine également de près les facteurs géographiques que les organisations de transport, les opérateurs de système, les régulateurs d'État et les entreprises de services publics ayant une expérience de projet VGI devraient comprendre pour concevoir de meilleures politiques qui encouragent le développement de projets. "VGI peut offrir un large éventail d'avantages aux flottes, aux services publics, aux gouvernements, aux personnes et à la société en fonction de leurs valeurs individuelles, qu'il s'agisse de résilience et d'économies de coûts, d'énergie propre et de stockage, ou simplement de transport fiable et d'air pur", selon le livre blanc.

Les auteurs et chercheurs responsables de l'étude sont Paul Yeric, Shantelle Dreamer, Cliff Henke et Michael Huisenga de WSP ; et Willow Urquidi et Nicholas Garza du programme de maîtrise de l'environnement de l'Université du Colorado à Boulder.

Cliquez ici pour lire le livre blanc complet, 👉 Transport bénéfique : comment l'intégration véhicule-réseau fait de l'électrification de la flotte un gagnant-gagnant.

jeudi 30 juin 2022

Et pendant ce temps, nos constructeurs "nationaux" se lamentent et tentent d'enrayer l'inéluctable abandon du moteur thermique !


Exaspérante ! cette complainte de "nos" constructeurs, à grands cris de "saut dans le vide" , "sabordage industriel" pour réclamer toujours plus d'aide financière des pouvoirs publics en brandissant le chantage à l'emploi. Au lieu de partager d'énormes profits réalisés en délocalisant une grande part de leur activité vers l'Afrique, l'extrême Orient, l'Europe de l'Est durant les années fastes que n'ont-ils pas investi au niveau nécessaire dans la recherche, la formation du personnel à ces nouvelles technologies.
 
Quand, il y a quelques semaines, leur représentant se hausse du col pour énoncer : "... le virage vers l'électrique est une nécessité , nous le disons depuis 4 ans, et nous l'avons mis en œuvre puisqu'on a multiplié par 10 en 4 ans la part de marché du véhicule électrique ..." quel tragique aveu d'impréparation, pour le moins , il y a plus de 10 ans que ce virage vers l'électrique était annoncé et le joli score de la Zoé a caché pendant des mois la part croissante des VE "étrangers" dans un marché du véhicule "dit électrifié" afin de déguiser davantage une vérité que nous n'avons cessé de souligner dans ces colonnes  .   

Jean-Claude LE MAIRE 

Par comparaison voici, ci dessous, sous le titre générique : 12 mythes sur l'électromobilité, la nouvelle publicité rédactionnelle que nous propose Volkswagen.  

#1. "Personne ne peut se les offrir !"

Coût des voitures électriques : une voiture électrique peut être aussi bon marché qu'une voiture diesel équivalente.

Les voitures électriques sont de plus en plus attirantes et abordables. Par exemple, le coût d'une batterie a diminué d'environ 80% au cours des dix dernières années. Avec l'ID.3, Volkswagen présente une voiture électrique dont le coût est exactement le même que celui d'une Golf TDI équivalente. 

Qui plus est, les acheteurs peuvent souvent profiter d'aides gouvernementales et les coûts d'utilisation au quotidien sont inférieurs à ceux d'une voiture thermique. En effet, l'électricité coûte moins cher que l'essence et le diesel, et les coûts d'entretien sont en moyenne 30% moins élevés que pour un véhicule thermique. Si l'on considère le coût total, acheter une voiture électrique est en train de s'imposer comme une opération intéressante pour de plus en plus de personnes

#2. "Il n'y a pas assez de bornes de recharge !"

Possibilités de recharge : le nombre de bornes de recharge électrique augmente rapidement.

Le nombre de stations de recharge électrique augmente rapidement. Aujourd'hui, il y a déjà plus de 62 000 stations de recharge publiques en France, et ce nombre augmente de jour en jour. Les supermarchés, les hôtels et les parkings privés installent des bornes de recharge pour leurs clients, tandis que les entreprises font de même pour leurs employés. Avec la carte Volkswagen We Charge, vous pouvez recharger votre voiture sur plus de 250 000 points de recharge en Europe, représentant plus de 80% du réseau total.

Une voiture électrique peut également être rechargée lentement avec peu d'énergie sur n'importe quelle prise domestique renforcée ou sur une borne de recharge individuelle installée par un professionnel. Environ 70% de tous les processus de recharge ont lieu à la maison ou sur le lieu de travail, ce qui signifie que l'on pourrait même se passer de la recharge sur la route.

#3. "La recharge prend trop de temps !"

Temps de recharge : les stations de recharge à forte puissance permettent de réduire les temps d'attente.

Vous n'avez pas besoin de recharger rapidement une voiture électrique aussi souvent que vous le pensez. En effet, environ 70% de tous les processus de charge ont lieu à la maison ou au travail et sont des recharges lentes. En quittant votre entreprise ou votre domicile, vous partez généralement avec une voiture entièrement chargée et vous n'avez pas besoin de recharge avant d'être de retour chez vous. 

Toutefois, si vous avez prévu de faire un long trajet et que vous devez recharger rapidement votre voiture, votre véhicule ID. est compatible avec la recharge rapide. Cela signifie qu'il peut être rechargé avec une puissance maximale de 100 à 125 kilowatts. Un arrêt de 30 minutes à une borne de recharge haute puissance vous donnera suffisamment d'électricité pour une autonomie d'au moins 260 kilomètres. 

Le processus de recharge lui-même est très simple : l'application We Connect ID. et votre ID. vous indiquent le chemin vers la station de recharge la plus proche et vous renseignent également sur les différentes prises disponibles. Et une chose est sûre : avec la progression rapide du réseau de recharge, il devient chaque jour plus facile d'utiliser une voiture électrique.

#4. "Les voitures électriques ne peuvent parcourir que de courtes distances."

Autonomie : les voitures électriques sont également capables d'effectuer de longs trajets.

Les problèmes d'autonomie appartiennent depuis longtemps au passé : les voitures électriques les plus récentes ont une autonomie allant jusqu'à 550 kilomètres. L'infrastructure de recharge ne cesse également de s'améliorer, notamment sur les autoroutes et les voies rapides. La France compte plus de 30 000 bornes de recharge haute puissance, où les voitures électriques peuvent être rechargées à 80% en une trentaine de minutes. Et le réseau de recharge va continuer de s'étendre dans les années à venir.

#5. "Les voitures électriques sont bien trop dangereuses !"

Sécurité : les voitures électriques sont tout aussi sûres que les voitures conventionnelles.

Les voitures électriques garantissent le plus haut degré de sécurité possible, comme toutes les voitures autorisées à circuler en France et en Europe. Des systèmes de sécurité spéciaux permettent d'éviter les risques d'incendie et de choc électrique. Par exemple, en cas d'accident, le flux d'électricité provenant de la batterie est immédiatement interrompu. En outre, Volkswagen installe ses batteries dans un grand bloc résistant aux chocs dans le soubassement de la voiture, ce qui les protège de toute déformation. Les tests de l'ADAC* ont montré à plusieurs reprises que le risque d'incendie est bien plus faible avec une voiture électrique qu'avec un moteur à combustion. Le processus de charge est totalement sûr et peut également être effectué sous la pluie sans aucun problème.

*Association allemande spécialisée dans le domaine de l'automobile.

#6. "Les voitures électriques ne font rien pour le climat."

CO2 : les voitures électriques ont la meilleure empreinte climatique parmi toutes les motorisations.

Les voitures électriques apportent une contribution précieuse à la protection du climat. Elles produisent beaucoup moins de CO2 que les voitures à moteur diesel ou essence. Cela est vrai même si l'on tient compte de la production de la voiture. Au cours de son cycle de vie, une Golf TDI produit en moyenne 140 grammes de CO2 par kilomètre. La e-Golf, qui fonctionne avec le mix électrique de l'UE, n'en produit que 119 grammes. La voiture 100% électrique fait également bonne figure par rapport aux véhicules fonctionnant à l'hydrogène et à l'eFuel (carburant synthétique). Au cours des prochaines années, cet avantage environnemental deviendra de plus en plus important, car une quantité toujours plus grande d'électricité verte sera injectée dans le réseau sur tous les grands marchés. Par conséquent, les véhicules électriques seront automatiquement chargés avec de l'énergie renouvelable. Pionnier de la mobilité durable, Volkswagen franchit une étape supplémentaire avec sa gamme ID. En effet, tous les véhicules ID. sont livrés totalement neutres en carbone.

#7. "Trop de voitures électriques vont surcharger le réseau !"

Electricité : les voitures électriques garantissent également un approvisionnement sûr en énergie.

Le réseau électrique français pourrait-il faire face à un boom des voitures électriques ? La réponse est : oui. En Allemagne, des études réputées ont conclu que même un million de voitures électriques supplémentaires n'auraient aucun effet sur le réseau électrique allemand. La consommation annuelle d'électricité en Allemagne est d'environ 520 térawattheures (et 468 térawattheures en France). Un million de voitures électriques consomment environ 2,4 térawattheures par an, soit à peine 0,5 % de la demande totale. Le réseau électrique actuel peut tout à fait gérer cela. En outre, l'Allemagne produit actuellement plus d'électricité que nécessaire. Soit dit en passant : le pays des voitures électriques, la Norvège, démontre quotidiennement qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter en ce qui concerne l'approvisionnement en électricité.

#8. "Ça coûte des emplois !"

L'offensive électrique de Volkswagen préserve les emplois.

La fabrication d'une voiture électrique nécessite environ 30% de travail en moins que celle d'une voiture à moteur à combustion. Par conséquent, à long terme, il pourrait y avoir moins d'emplois dans l'industrie automobile. Pour Volkswagen, il est donc d'autant plus important de s'assurer une bonne position sur le marché dès les premières étapes de l'électromobilité. Après tout, plus une entreprise réussit sur le marché des voitures électriques, plus ses emplois sont assurés. C'est pourquoi Volkswagen poursuit activement cette transformation et, avec sa nouvelle offensive électrique, crée de nouvelles perspectives à long terme pour plusieurs milliers de salariés. Presque tous les sites de Volkswagen en Allemagne sont impliqués dans la production de la nouvelle famille ID. Rien qu'à l'usine de Zwickau, environ 8 000 personnes travaillent sur les modèles ID. Alors que l'industrie automobile est en pleine transformation structurelle, les voitures électriques sont essentielles pour garantir les emplois de manière durable. 

#9. "Les voitures électriques sont un danger pour les piétons !"

Sécurité urbaine : la voiture électrique produit des sons artificiels.

Contrairement aux voitures classiques, les voitures électriques n'ont pas de moteur à combustion, c'est pourquoi elles sont très silencieuses. Moins de bruit est un avantage pour tous, et tout est prévu pour que ce silence ne soit pas un risque pour les piétons. Jusqu'à une vitesse de 30 km/h environ, les véhicules de la gamme ID. produisent un son inédit et futuriste. D'ailleurs, ce son est devenu obligatoire pour tous les véhicules électriques depuis 2019. A des vitesses plus élevées, le bruit généré par les pneus suffit à faire entendre l'arrivée du véhicule. Pour protéger les piétons et les autres usagers de la route en plus de cette réforme, le véhicule ID. utilise des systèmes d'assistance et de sécurité complets et répond à des normes de sécurité très élevées.

#10. "On ne s'amuse pas au volant d'une voiture électrique !"

Les voitures électriques sont non seulement rapides, mais aussi confortables.

Les voitures électriques sont amusantes. Les moteurs électriques ont beaucoup de puissance, en particulier lors des accélérations. Quiconque appuie sur la pédale "Play" se retrouve collé à son siège, presque comme dans un avion. Cela s'explique par le fait que les moteurs électriques ont accès à l'intégralité du couple dès le départ. Ajoutez à cela une tenue de route dynamique, grâce aux batteries du plancher du véhicule qui plaquent réellement la voiture sur la route… les véhicules ID. vous offrent une conduite sportive. L'ID.R a montré ce qui est techniquement possible avec l'une des accélérations les plus rapides au monde : 0 à 100 km/h en seulement 2,25 secondes. 

Autre avantage : les voitures électriques offrent plus d'espace pour les jambes, car elles ne nécessitent ni moteur à combustion, ni boîte de vitesses, ni tunnel central.

#11. "Les voitures électriques ont un design ennuyeux !"

Le design : les voitures de la famille ID. attirent le regard.

La famille Volkswagen ID. a un design moderne, presque futuriste, avec des éléments légers et des lignes élégantes. L'intérieur, lui aussi, se distingue de tout ce que vous avez déjà connu. Comme les moteurs électriques prennent beaucoup moins de place, les proportions du design intérieur et de l'espace peuvent être complètement redessinées. À l'avenir, il y aura une voiture électrique pour tous les goûts et toutes les exigences. La gamme ID. s'étend de la voiture compacte au van lifestyle, en passant par le SUV.

#12. "Il n'y a pas assez de matières premières !"

Les batteries : il y a suffisamment de lithium et le cobalt est de moins en moins utilisé.

Il y a suffisamment de matières premières disponibles. Avec la technologie actuelle, il y a assez de lithium pour produire des batteries pour des milliards de voitures électriques. Et cela ne tient pas compte du fait que les batteries sont sans cesse perfectionnées. Par exemple, la quantité de cobalt nécessaire sera réduite d'environ 12% à 6% à moyen terme. L'approvisionnement en matières premières ne pose donc pas de problème. De plus, Volkswagen s'investit dans le recyclage des vieilles batteries. À terme, un taux de recyclage dépassant les 90% sera possible, de sorte que les ressources rares devront être de moins en moins utilisées.