jeudi 20 février 2020

Des nouvelles du réseau Izivia


Chère cliente, cher client,
La satisfaction de nos utilisateurs étant essentielle pour IZIVIA, nous vous informons que vous ne serez pas prélevé de votre abonnement JE TESTE du Pass IZIVIA au mois de février.
En effet, des incidents matériels ont été identifiés sur deux bornes d’un même fabricant installées sur le réseau Corri-Door. De ce fait et par principe de précaution, IZIVIA a pris la décision de mettre hors tension les 188 bornes de ce fabricant. 25 bornes d’un autre fabricant restent accessibles sur ce réseau. Une expertise est toujours en cours. Nous vous tiendrons informés dès que possible de l’évolution de la situation.
Pour pallier ce désagrément, au mois de février, seules vos charges seront facturées. Votre part abonnement ne sera pas comptabilisée. Aucune démarche ne sera nécessaire de votre part pour bénéficier de ce dédommagement.
Pour anticiper vos trajets, nous vous invitons à parcourir la liste des bornes disponibles sur l’application IZIVIA et sur la cartographie du site IZIVIA.
Damia Khelladi,
Votre responsable du service client

mercredi 19 février 2020

Offensive électrique de Renault au salon de Genève des 3 et 4 Mars

MORPHOZ captée aux Pays Bas par un lecteur d'Auto Week
Renaut dévoilera son concept-car électrique MORPHOZ illustrant sa vision de la mobilité de demain. Ce véhicule propose une adaptation personnalisée aux besoins, envies et usages de chacun pour repousser toutes les limites. Il préfigure une nouvelle famille de modèles électriques Renault qui arrivera dans les prochaines années. 
Renault présentera la  Nouvelle Twingo Z.E. ainsi que le Kangoo ZE Concepts.
Dacia de son côté présentera un showcar 100% électrique.

mardi 18 février 2020

La voiture électrique "halo" haute performance de Kia attendue en 2021. (Green Car Reports)


Selon un nouveau rapport, la prochaine voiture électrique de Kia pourrait emprunter un chemin très différent de ses modèles EV précédents.
En raison de son arrivée en 2021, ce sera un modèle "halo" distinct positionné au-dessus des Niro EV et Soul EV actuels, rapporte Autocar .
Le nouveau modèle empruntera le style du concept " Imagine by Kia " vu pour la première fois au Salon de Genève 2019, avec une plate-forme spécifique aux VE partagée avec la société mère Hyundai en dessous, selon le rapport.
Kia viserait une autonomie de 310 miles (telle qu'inscrite sur le cycle de test européen) avec une charge rapide DC de 350 kilowatts.
Dans une interview avec Autocar , Emilio Herrera, directeur des opérations de Kia Europe, a également laissé entendre que la technologie de la société croate Rimac pourrait être appliquée aux futures voitures électriques Kia.
Rimac a attiré l'attention grâce à ses supercars électriques Concept One et Concept Two, ce qui a entraîné des investissements de Kia et Porsche.
Kia a récemment annoncé un investissement de 25 milliards de dollars visant à accélérer le passage de la combustion interne à l'énergie électrique. Le constructeur automobile a annoncé qu'il lancerait 11 nouveaux modèles électriques d'ici 2025.
En 2017, le parent Hyundai a déclaré qu'il développait une plate-forme dédiée aux voitures électriques qui serait partagée avec Kia.

Les premières voitures de cette plate-forme devraient arriver en 2021 - la même année, le modèle «halo» de Kia apparaîtrait.
Le jumeau Hyundai de Kia pourrait être présenté en avant-première par le concept Prophecy , qui sera dévoilé au salon de l'automobile de Genève 2020 en mars.
Pendant ce temps, Kia a retardé le lancement aux États-Unis du dernier Soul EV jusqu'en 2021 au plus tôt. Le Soul EV redessiné devait à l'origine arriver dans les salles d'exposition américaines au printemps 2019, mais les batteries limitées et les pénuries de moteurs électriques ont forcé un retard, a précédemment déclaré Kia à Green Car Reports .
Kia, lorsque contacté par GCR la semaine dernière, n'avait aucune mise à jour sur le calendrier du Soul EV ou une disponibilité améliorée de son modèle entièrement électrique existant, le Niro EV.



vendredi 14 février 2020

Nissan lance un grand plan pour favoriser le Déclic Electrique

Pionnier des véhicules électriques dans le monde, Nissan réaffirme sa volonté de rendre la mobilité électrique toujours plus accessible. La marque lance en effet aujourd'hui un vaste plan sur les véhicules neufs, pour permettre à chacun d'avoir ce fameux Déclic Electrique.
Véhicule électrique le plus vendu au monde, avec des ventes globales dépassant les 450 000 unités depuis le lancement du modèle en 2010, dont 147 000 en Europe et 20 000 en France, la Nissan LEAF est pionnière en matière de mobilité électrique.
Disponible en version 40 et 62 kWh, la Nissan LEAF prend chaque année un peu plus de poids au sein des ventes de la marque dans l'Hexagone. L'an dernier, les véhicules électriques ont représenté 10 % des ventes de Nissan en France, lorsque la moyenne du marché plafonnait à moins de 2 %. Cela montre clairement combien Nissan est la marque généraliste la plus volontariste en la matière.
Aujourd'hui, Nissan va encore plus loin pour favoriser l'accession aux véhicules électriques.
10 000 € de prime à l'électrique pour tous
Depuis le 1er février, Nissan propose une prime de 10 000 € pour tous sur l'achat d'une LEAF 40 kWh  neuve. Une offre sans condition, batterie incluse et garantie 8 ans, qui cumule le bonus écologique de 6 000€ avec la prime à l'électrique de 4 000 € de la marque. Grâce à cette prime, la LEAF est désormais disponible à partir de 23 900 euros.
En marge de cette offre, Nissan propose également la LEAF 40 kWh Visia en location longue durée à partir de 179 € par mois.
Pour consulter le détail des offres, rendez-vous ici, sur le site Internet de Nissan.
La Nissan LEAF 40 kWh offre une puissance de 150 ch. pour 320 Nm de couple. Son autonomie atteint 270 km en cycle mixte WLTP et 389 km en cycle urbain WLTP.
Lorsque la Nissan LEAF est rechargée sur une simple prise domestique – c'est le mode de recharge choisi par 50% des clients LEAF-, le plein ne coûte que 2 euros/100km. Mais la LEAF dispose également du port de recharge rapide CHAdeMO pour se recharger sur l'une des 350 bornes rapides installées en France par Nissan et ses partenaires (les 30 premières minutes de charge sont gratuites avec le nouveau badge Nissan Charge). En économisant sur le carburant ou encore sur les entretiens, la Nissan LEAF permet de réaliser des économies km après km et demeure ainsi l'une des offres les plus attractives du marché en matière de coût d'utilisation.
Une personnalisation des offres : jusqu'à 15 000 € selon les régions
Les offres aujourd'hui proposées par Nissan pour favoriser le « Déclic électrique » seront poussées dans les médias via un plan d'envergure en TV, en radio, mais également en presse quotidienne régionale, avec une personnalisation des messages selon les régions et les aides locales à l'achat supplémentaires, comme en Normandie (+ 2 000 €) et les Bouches-du-Rhône (+ 5 000 €).
Dans sa dernière version, la Nissan LEAF est équipée du nouveau système d'information divertissement NissanConnect avec écran tactile 8 '' compatible avec AndroidAuto et Apple Carplay (de série à partir d'Acenta). La Nissan LEAF intègre également de série la technologie e-Pedal qui permet d'accélérer, de ralentir, de freiner et de s'arrêter uniquement avec la pédale d'accélérateur, mais aussi la technologie de conduite assistée ProPILOT (disponible en option sur N-Connecta et de série sur Tekna) qui permet de contrôler la direction, maintenir le véhicule sur sa voie et maintenir la distance avec le véhicule qui précède, y compris dans les bouchons. Ce système permet de faciliter la conduite et de réduire le stress et la fatigue du conducteur. La technologie Nissan ProPILOT fonctionne sur voie rapide.
L'incarnation de la vision Nissan Intelligent Mobility
La Nissan LEAF est également disponible en version 62 kWh. Cette LEAF e + offre une puissance de 217 ch. pour 340 Nm de couple. Son autonomie atteint 385 km en cycle mixte WLTP et 528 km en cycle urbain WLTP *. La Nissan LEAF e + accélère de 0 à 100 km / h en 6,9 s
La LEAF est l'incarnation de la vision Nissan Intelligent Mobility qui vise à imaginer le futur de la mobilité en repensant la manière dont les véhicules sont conduits (Nissan Intelligent Driving), la façon dont les véhicules sont alimentés Nissan Intelligent Power) et la manière dont ils sont intégrés à la société (Nissan Intelligent Integration).
Dans le cadre de son plan Move to 2022, la marque a pour objectif que 42 % de ses ventes en Europe soient réalisées par des véhicules électrifiés.

Le stockage par batteries présente un rendement bien meilleur (de l'ordre de 70% selon l'agence) et qu'il est à ce titre « à privilégier » à la chaîne hydrogène à une condition centrale toutefois : « lorsque cela est techniquement et économiquement envisageable au regard de l'usage, et dans un souci d'efficacité énergétique ». ( ADEME )

Extrait de la présentation par Connaissances des Energies de
Cliquer pour télécharger la fiche.
 la fiche technique de l'ADEME.
" Dans cette publication, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie s'intéresse en particulier au rendement de la chaîne « Power-to-H2-to-Power », qui consiste à « recourir à l’hydrogène pour stocker momentanément de l’électricité lors de la production, pour en restituer en phase d’usage ». Elle y fait ainsi état des rendements estimés de différents équipements (électrolyseur, compresseur, pile à combustible) et évalue le rendement global de la chaîne « de la source électrique à l'usage de l'ordre de 25%, voire 30% avec les meilleurs équipements actuels ».
L'Ademe souligne que le stockage électrochimique par accumulateurs ou batteries présente un rendement bien meilleur (de l'ordre de 70% selon l'agence) et qu'il est à ce titre « à privilégier » à la chaîne hydrogène à une condition centrale toutefois : « lorsque cela est techniquement et économiquement envisageable au regard de l'usage, et dans un souci d'efficacité énergétique ». 

Dans une deuxième partie de la fiche technique, l'Ademe présente différents projets ayant recours à une chaîne hydrogène adaptée aux besoins. Parmi ces exemples figure le service Fébus de bus à hydrogène inauguré récemment à Pau. Dans ce cas précis, une solution de bus à batteries aurait conduit à un surdimensionnement du parc (10 bus électriques avec biberonnage ou 14 bus en mode autonome au lieu de 8 bus à hydrogène) et aurait nécessité deux stations de recharge au lieu d'une en raison des contraintes du projet. "

1.4.Conclusion de la première partie :

L’hydrogène n’étant qu’un vecteur, son emploi énergétique suppose qu’il soit produit, conditionné et converti in fine pour être utilisé au point d’usage. Cette cascade de transformations se traduit, comme on a pu le voir, par une dégradation du potentiel énergétique, et un rendement de la source électrique à l’usage de l’ordre de 25%, voire 30% avec les meilleurs équipements actuels. Dans le domaine du stockage de l’électricité, d’autres chaînes technologiques, de la source à l’usage, présentent de meilleurs rendements, c’est le cas du stockage électrochimique par accumulateurs ou batteries avec un rendement de 70%.
Aussi, lorsque cela est techniquement et économiquement envisageable au regard de l’usage, et dans un souci d’efficacité énergétique, ces chaînes sont à privilégier.
Par exemple, dans le domaine de la mobilité, les véhicules légers à batterie seule répondent parfaitement à certains types de déplacement : distance à parcourir inférieure à 300 km, temps de charge de plusieurs heures acceptable compte tenu de la disponibilité souhaitée du véhicule, etc. Dans ces configurations, le stockage de l’électricité par batterie est une solution optimum. 
Pour d’autres configurations en revanche – autonomie plus longue, encombrement et poids du véhicule, contraintes à la recharge – la solution batterie seule ne répond pas nécessairement à l’usage et le recours à la chaîne hydrogène peut présenter un intérêt technique, malgré un rendement énergétique moins bon. Au-delà de la notion de rendement énergétique, c’est en effet l’usage et ses contraintes qui conditionnent le dimensionnement de la solution technique.

La partie 2 aborde, par des exemples, cette notion d’usage, et illustre que c’est bien au niveau du système global que s’apprécie la pertinence de la solution de stockage électrique et l’éventuel recours à la chaîne hydrogène.

.../...

lundi 10 février 2020

Baromètre mensuel AVERE : autant de véhicules particuliers électriques immatriculés en janvier 2020 que sur le 1er trimestre 2019 !

ELECTRIC-ROAD, le Forum de la mutation des mobilités les 2, 3 et 4 avril 2020 Parc des Expositions de Bordeaux


La 6ème édition du congrès ELECTRIC-ROAD se tiendra du 2 au 4 avril 2020 dans le Palais 2 l’Atlantique,nouveau Hall du Parc des Expositions de Bordeaux.
Ce forum d'envergure internationale, organisé sous le haut patronage du Ministère de la transition écologique et solidaire chargé des transports, réunira les experts et les acteurs clés de l'électro-mobilité.

ELECTRIC-ROAD une vision de l'électro-mobilité à 360° autour d'un programme et format inédits

Le congrès abordera les grandes thématiques d'actualité liées aux nouvelles attentes et solutions : offres électro-mobiles, batteries, infrastructures de charge, production et stockage de l'énergie, mutations du secteur industriel et automobile, véhicules connectés et autonomes ... mais aussi routes et villes connectées.
Ce sera un rendez-vous d'information, de débat mais aussi de partage articulé autour d'une exposition, de workshops, d'ateliers avec des experts, d'essais et de démonstrations pour le public.
Pour la première fois, ELECTRIC-ROAD proposera sur un ring central, des interventions en direct entre visiteurs et professionnels.
L'électricité permet de réinventer la mobilité et d'envisager la ville de demain plus fluide, plus silencieuse et moins polluée.
La France est aujourd'hui un des marchés leaders et référents de l'électro-mobilité au niveau européen et international. En 2018, les ventes ont atteint des chiffres records avec près de 40 000 véhicules électriques immatriculés et plus de 24 000 points de recharge accessibles au public répartis à travers tout l’hexagone (soit : 1 point de recharge pour 6,7 véhicules électriques). Cette dynamique du marché est directement liée à l'extension de l'offre, aux bonus et à la politique de réduire la circulation et la pollution urbaine.
Pour accroître son développement, elle doit impliquer et fédérer la R&D, les fournisseurs, industriels, professionnels de services, de la finance et tous les acteurs concernés par la transition de l’énergie et de la mobilité dans les territoires ainsi que les équipementiers, constructeurs, réseaux entretien, start up et tous les nouveaux acteurs de la mobilité.
3 jours / 3 grands thèmes 
Jour 1 : Les nouvelles mobilités dans la ville et la métropole
Jour 2 : Le monde industriel sous haute tension
Jour 3 : La mobilité du Citoyen

Le congrès sera également l'occasion de débats autour de la genèse et du recyclage des batteries, du marché des véhicules électriques d'occasion et des emplois de la filière.
Plus d'informations : https://electric-road.com

À propos d’Electric-Road
Le Congrès a été lancé en 2013. Ce rendez-vous annuel des acteurs et experts internationaux de la rue et de la route se positionne comme un observatoire, un forum d’expertises et d’expériences, un media-center et une
vitrine au service d'une mobilité propre pour tous les types de transports. C’est un carrefour de rencontres qui participent à la naissance et au développement de la nouvelle filière industrielle électro-mobile. Il permet de
mettre en évidence les besoins, les technologies et les conditions de mise en oeuvre d'une électro-mobilité sans contraintes et pérenne dans le milieu urbain (rues électriques) et interurbain (routes électriques) mais aussi de
promouvoir les initiatives, d'associer les compétences et de développer les projets.


dimanche 9 février 2020

France AFF : Ces entreprises pionnières qui ont osé l'électrique



France AFF' agit pour la mobilité décarbonée en effectuant la collecte à bord d'un véhicule 100% électrique. 
En plus de quatre ans, France AFF' a déjà parcouru 180 000 kms en véhicule électrique, soit plus de 25 tonnes de carbone NON rejetées dans l'atmosphère.
France AFF est une entreprise de services aux entreprises basée en banlieue de Rennes (35). Ci dessous copie de l'article paru dans 7 jours



vendredi 7 février 2020

Contribution de F²AUVE à la Convention Citoyenne pour le Climat ( Se déplacer )

Cliquer pour accéder au site

La mobilité électrique pour diminuer l’empreinte carbone et le gaspillage énergétique

Pour une mobilité sobre se conjuguant avec l’intermodalité :

La mobilité ne se réduit pas aux services de transports en commun car l'utilisation de la voiture demeure le mode de transport de mobilité le plus utilisé hors métropoles. 
Comment l’articuler avec les autres vecteurs ?
L’intermodalité ne peut pas simplement se décréter, il est nécessaire de concevoir des stations intermodales dédiées donnant accès aux moyens de transport les plus pertinents en termes d’usage, d’impact écologique, de sobriété énergétique et d’avantage économique, en particulier la mobilité électrique ou l’électromobilité.

Quels sont les atouts de l’électromobilité ?

✅Dans une logique de sobriété énergétique, le passage aux véhicules électriques constitue une avancée significative car, pour un même trajet, la dépense énergétique est 3 à 4 fois moindre qu'en utilisant un véhicule thermique . 
En outre cet avantage énergétique constitue un avantage économique substantiel qui peut encore être optimisé lors de la mise en place de services de transport à domicile, de recours à l'autopartage ou au co-voiturage. 
✅En terme écologique l’impact bénéfique de la voiture électrique sur l’environnement se traduit par Zéro émission de GES, une Empreinte carbone (du puits à la roue) 2 à 6 fois moindre (suivant les auteurs *) par rapport au véhicule thermique de même catégorie. 
(* Voir les étudesd’impact réalisées par l’ADEME, l’IFPEN, la FNH, Carbone 4 …)
✅Les batteries sont 2 à 3 fois moins polluantes qu’en 2017 (61-106 kg d'équivalent d'émissions de CO2 par kWh de capacité de la batterie). Contrairement à ce qui est souvent avancé elles ne contiennent pas de Terres rares et leurs composants seront recyclés à 95% grâce à la filière de recyclage en construction.
✅La batterie par sa capacité, d’environ 50 kWh en moyenne, constitue un vecteur de stockage del’électricité.   
La recharge sur le secteur où sur des bornes avec de l’électricité « verte » contribue au stockage des ENR (hydraulique, photovoltaïque, éolien …). 
Grâce à la charge bidirectionnelle (en cours de déploiement), des technologies V2H ou V2G  elles pourront accélérer le déploiement du photovoltaïque
✅En stationnement sous une ombrière photovoltaïque, chaque voiture peut, en une journée, emmagasiner les 6 à 10 kWh nécessaires au trajet pendulaire moyen. Au retour, connectée, elle peut alimenter le réseau - et ainsi contribuer à l’amortissement des pics de consommation, puis récupérer pendant la période creuse de la nuit les kWh injectés dans le réseau ou au domicile.  
Déployer ces moyens de recharge pendant les longues périodes de stationnement (au travail, au domicile ou sur des stations intermodales) constitue une incitation à l’installation de photovoltaïque afin d'accroître l’autonomie énergétique et la décarbonation de l’énergie.


Comment encourager et soutenir l’acquisition de véhicules 100% électrique ?


Il s’agit de lever les freins qui encore aujourd’hui entravent l’essor de l’électromobilité. 
Des prix des VE et des aides à l’achat compatibles avec les budgets modestes. 
Pour beaucoup d’entre nous le recours à l’automobile est contraint pour tout ou partie de nos déplacements quotidiens car il est impensable de pouvoir couvrir l’ensemble du territoire avec des dessertes de transport en commun. Sans prétendre vouloir remplacer TOUTES les voitures thermiques par des VE il va de l’intérêt général d’en faciliter l’acquisition pour tous les ménages qui le souhaitent par nécessité écologique et sanitaire. 
L’Etat et l’UE doivent accompagner financièrement cette mutation en aidant les ménages à investir (par exemple 45000 € sur 8 ans soit 470 €/mois) par la défiscalisation ou la prime à l’achat suivant les situations sociales. 
Décarboner la mobilité n’est pas qu’une dépense c’est un investissement pour l’avenir.

Airbus des batteries 
Oui à condition qu’il privilégie la recherche en faveur de la sobriété énergétique et de la transition écologique au bénéfice du VE de Mme ou M Tout-le-monde. 
Il serait contre-productif d'engager le développement du VE dans une course au plus gros SUV (100% électrique ou hybride), comme cela semble se dessiner actuellement notamment de la part de "nos partenaires allemands", au bénéfice exclusif des seuls acheteurs aisés pouvant acquérir les tonnes de métal et de batteries nécessaires au détriment de la planète.
Limiter la taille des batteries et donc leur poids à 4 à 500 kg nécessite en contrepartie de bénéficier de moyens de recharge efficaces et rapides

Faciliter la mobilité électrique et l’itinérance en implantant des stations de recharge rapide avec un maillage à 50 km :
La recharge stationnaire (à la maison ou au travail) reste majoritairement la plus utilisée. En plus des super chargeurs en déploiement sur les autoroutes, un maillage du territoire offrant des stations de recharge rapide > 22 kWh (alliant  smartgrid et ENR) tous les 50 km apporterait le confort et la sûreté aux électromobilistes lors des déplacements en itinérance.