mardi 20 avril 2021

#1- Bienvenue dans la Software République (Groupe Renault)

Quand cinq champions industriels et technologiques unissent leurs forces pour développer des logiciels au service d’une offre de mobilité enrichie et durable pour les territoires, les entreprises et les citoyens. François Dossa, directeur des projets d’open innovation du Groupe Renault, dresse le portrait de la Software République.


La mobilité n’a jamais évolué aussi vite que ces dernières années, avec la diversification des business models et des offres en matière de connectivité, de décarbonation et de multimodalité.  

Et nous n’en sommes qu’aux prémices. Le marché mondial de la mobilité devrait croître de 60% d’ici 2035 pour atteindre 11 000 milliards d’euros1. Comment explique-t-on un tel essor ? Principalement par l’émergence de ruptures technologiques (véhicules électriques, nouveaux composants, nouveaux services, etc.), nécessitant le développement de nouveaux systèmes et logiciels. 

Compétitivité et souveraineté 

Les Etats-Unis et la Chine l’ont déjà bien compris et se sont déjà lancés dans des stratégies d’intégration renforcées. Celles-ci se divisent en deux catégories. D’un côté, on retrouve la stratégie Tesla d’intégration dite « verticale », avec l’ambition de contrôler tout le cœur du véhicule, batteries et logiciels compris. De l’autre, des groupements d’entreprises automobiles et technologiques chinoises engagées dans des stratégies d’intégration horizontale pour proposer des offres compétitives en matière de mobilité intelligente. 

C’est dans ce contexte que s’inscrit la Software République, dont « l’objectif est de structurer une nouvelle filière de développement des logiciels dédiés à la mobilité » précise François Dossa. Une stratégie d’intégration horizontale qui répond à la fois à un enjeu de compétitivité pour Renault et, plus largement, à un enjeu de souveraineté – avec l’urgence pour la France et l’Europe de construire un écosystème durable dans ce domaine. 

« Software » et « République » 

La Software République désigne un ensemble de partenaires représentant chacune des briques ou « compétences » pour développer des innovations logicielles pour la mobilité. Parmi les partenaires, 5 membres fondateurs : Atos, Dassault Systèmes, Groupe Renault, STMicroelectronics et Thales (1). Pour François Dossa, « ces partenaires fondateurs vont apporter les compétences nécessaires pour le développement d’innovations technologiques et logicielles pour la mobilité. La combinaison de toutes nos compétences permettra d’accélérer la mise en œuvre et la commercialisation de ces innovations ». Le nom de « Software République » s’est d’ailleurs imposé de lui-même : 

Software, car il s’agit de développer des logiciels dans trois grands domaines : systèmes véhicules, systèmes pour la mobilité et écosystèmes d’énergie. Tout cela en s’appuyant sur des facilitateurs technologiques incontournables comme l’intelligence artificielle, la cybersécurité, l’électronique spécialisée, le big data et la simulation numérique.  

République, pour désigner son fonctionnement en écosystème. Et plus précisément une démarche d’open innovation entre partenaires complémentaires (grandes entreprises, start-ups, universités, centres de recherche, pouvoirs publics, etc.) pour co-développer de nouvelles solutions innovantes et de nouveaux services. 






De gauche à droite : Elie Girard (Atos), Bernard Charlès (Dassault Systèmes), Luca De Meo (Groupe Renault), Jean-Marc Chéry (STMicroelectronics) et Patrice Caine (Thales)


Mobilité intelligente et durable 

In fine, ces logiciels et solutions développés au sein de la Software République s’adresseront aux opérateurs de services de mobilité (entreprises privées ou collectivités publiques), « leur permettant de développer des offres facilitant l’accessibilité des territoires et améliorant l’expérience des citoyens ainsi que la gestion de l’énergie », explique François Dossa. 

Parmi les premiers exemples concrets de solutions en discussion avec les partenaires, « Plug&Charge » vise à simplifier la charge électrique via le développement de nouvelles technologies et services. Ce système permettra à une voiture, branchée sur n’importe quelle borne compatible, d’être reconnue pour que le paiement de la charge se fasse automatiquement. La Software République se penche aussi dès à présent sur la simulation des flux pour faciliter l’accès et les échanges d'informations de mobilité, de façon instantanée et ouverte à l’échelle d’un territoire, afin d’apporter des solutions pour fluidifier la circulation, réduire les embouteillages, le temps perdu et les émissions de CO2.  

"La Software République va se matérialiser dès 2021 avec le lancement des premières coopérations spécifiques au 2ème trimestre." François Dossa

Recherches et développements 

Pour bien comprendre la place et le rôle de chacun dans la Software République, son fonctionnement peut se résumer ainsi :  

  • Un groupe de membres fondateurs, qui définissent la stratégie et priorisent les solutions technologiques à développer. 
  • Des coopérations spécifiques, pour faire émerger des équipementiers technologiques pour la mobilité, en développant et commercialisant conjointement de nouvelles solutions technologiques.  
  • Un incubateur, pour développer les start-ups les plus innovantes en technologie pour la mobilité. 
  • Un fonds d’investissement spécialisé dans la technologie pour la mobilité, pour financer les start-ups les plus prometteuses. 
  • Un institut de recherche, pour favoriser les échanges entre les industriels et le monde académique. 

La Software République : un nouvel écosystème pour innover dans la mobilité intelligente et durable

________________________________

(1) NDLR : 

  • Atos contribuera sur le plan de la décarbonation des mobilités.

Atos est un leader international de la transformation digitale avec 105 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires annuel de 11 milliards d’euros. Numéro un européen du cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs, le Groupe fournit des solutions intégrées pour tous les secteurs, dans 71 pays. Pionnier des services et produits de décarbonation, Atos s’engage à fournir des solutions numériques sécurisées et décarbonées à ses clients. Atos opère sous les marques Atos et Atos|Syntel. Atos est une SE (Société Européenne) cotée sur Euronext Paris et fait partie de l’indice CAC 40. La raison d’être d’Atos est de contribuer à façonner l’espace informationnel. Avec ses compétences et ses services, le Groupe supporte le développement de la connaissance, de l’éducation et de la recherche dans une approche pluriculturelle et contribue au développement de l’excellence scientifique et technologique. Partout dans le monde, Atos permet à ses clients et à ses collaborateurs, et plus généralement au plus grand nombre, de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans l’espace informationnel. www.atos.net/fr

  • Dassault Systèmes mettra à disposition de l'alliance sa plateforme 3D Experience pour proposer un environnement virtuel collaboratif. 
Dassault Systèmes, the 3DEXPERIENCE Company, est un « accélérateur de progrès humain ». Elle propose aux entreprises et aux particuliers des environnements virtuels collaboratifs leur permettant d’imaginer des innovations plus durables. En développant un jumeau virtuel du monde réel grâce à la plateforme 3DEXPERIENCE et à ses applications, Dassault Systèmes donne à ses clients les moyens de repousser les limites de l'innovation, de l'apprentissage et de la production. Les 20 000 collaborateurs de Dassault Systèmes travaillent à créer de la valeur pour ses 290 000 clients de toutes tailles, dans toutes les industries et dans plus de 140 pays. Pour plus d'informations : www.3ds.com/fr
  • Renault hébergera l'alliance dans le bâtiment Odyssée de son Technocentre Renault à Guyancourt. 
Le Groupe Renault est aux avant-postes d’une mobilité qui se réinvente. Fort de son alliance avec Nissan et Mitsubishi Motors, et de son expertise unique en termes d’électrification, le Groupe Renault s’appuie sur la complémentarité de ses 5 marques - Renault – Dacia – LADA- Alpine et Mobilize – et propose des solutions de mobilités durables et innovantes à ses clients. Implanté dans plus de 130 pays il réunit aujourd’hui plus de 180 000 collaborateurs et a vendu 2,9 millions de véhicules en 2020. Prêt à relever des défis sur route comme en compétition, le Groupe est engagé dans une transformation ambitieuse et génératrice de valeur. Celle-ci est centrée sur le développement de technologies et de services inédits, d’une nouvelle gamme de véhicules encore plus compétitive, équilibrée et électrifiée. En phase avec les enjeux environnementaux, le Groupe Renault a l’ambition d’atteindre la neutralité carbone en Europe d’ici à 2050. www.group.renault.com/fr
  • STMicroelectronics sera chargé d'apporter ses innovations en produits et solutions semiconducteurs dédiées à l’électrification et à la numérisation des véhicules et services de mobilité.
Chez ST, nous sommes 46 000 créateurs et fabricants de technologies microélectroniques. Nous maîtrisons toute la chaîne d’approvisionnement des semiconducteurs avec nos sites de production de pointe. En tant que fabricant de composants indépendant, nous collaborons avec plus de 100 000 clients et des milliers de partenaires. Avec eux, nous concevons et créons des produits, des solutions et des écosystèmes qui répondent à leurs défis et opportunités, et à la nécessité de contribuer à un monde plus durable. Nos technologies permettent une mobilité plus intelligente, une gestion plus efficace de l’énergie et de la puissance, et un déploiement à grande échelle de l’Internet des objets (IoT) et de la 5G. Pour de plus amples informations, visitez le site www.st.com.
  • Thales de travailler sur des solutions de renforcement de la protection des véhicules, de leurs données et celle des acteurs de la mobilité.
Thales (Euronext Paris: HO) est un leader mondial des hautes technologies qui investit dans les innovations du numérique et de la « deep tech » – connectivité, big data, intelligence artificielle, cybersécurité et quantique – pour construire un avenir de confiance, essentiel au développement de nos sociétés. Le Groupe propose des solutions, services et produits qui aident ses clients – entreprises, organisations, Etats - dans les domaines de la défense, de l'aéronautique, de l’espace, du transport et de l’identité et sécurité numériques, à remplir leurs missions critiques en plaçant l’humain au cœur des décisions. Thales compte 81 000 collaborateurs dans 68 pays. En 2020, le Groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros. www.thalesgroup.com

#2 - Software République : Plug&Charge ( Groupe Renault )

La mobilité zéro émissions est au cœur des enjeux de la transition écologique. Elle est portée par l’accélération de l’offre en véhicules électriques compétitifs et attractifs. Néanmoins, la décarbonation du parc automobile est directement liée à la simplification de l’accès à la charge électrique : moyens de paiement, abonnements, normalisation des prises, déploiement des réseaux de bornes. Beaucoup reste à faire pour simplifier l’expérience utilisateur. Aujourd’hui et surtout demain.


Pour accélérer la simplification de la charge électrique, les partenaires de la Software République conçoit une solution innovante, basée sur le service Plug&Charge : il permet à une voiture électrique, branchée sur une borne compatible, d’être automatiquement reconnue, et d’effectuer une charge facturée sans la moindre manipulation de l’utilisateur. Finies les cartes, et autres collections d’applications. Habituellement réservé à quelques véhicules qui arriveront plus tard sur le marché, le service doit devenir accessible plus rapidement et surtout être disponible sur une grande variété de marques voitures. Il s’agira notamment de pouvoir équiper en après-vente plusieurs centaines de milliers de véhicules électriques déjà roulants en Europe. Le Plug&Charge pour tous, c’est une charge électrique simplifiée, le meilleur des technologies pour démocratiser une mobilité plus intelligente et respectueuse de l’environnement.

#3 - Software République : Systèmes de Mobilité (Groupe Renault)

La mobilité des biens et des personnes est en pleine mutation et impacte toutes les dimensions de nos organisations. Les villes et les territoires ont pour mission de la favoriser, tout en veillant à réduire ses nuisances. Aujourd’hui, les acteurs sont nombreux et leurs outils fragmentés, ce qui limite la portée des actions entreprises.
Les partenaires de la Software République envisagent de faciliter l’accès et les échanges d'informations de mobilité, de façon instantanée et ouverte à l’échelle du territoire. La mobilité est une clé de la qualité de vie. Elle permet aussi aux citoyens et aux acteurs économiques de contribuer à une mobilité durable. La Software République ambitionne d’y jouer un rôle central.

vendredi 16 avril 2021

Recharge des véhicules électriques, l’Europe n’est pas du tout au rendez-vous. (Transitions&Energies 16/04/2021)

La Cour des comptes européenne vient de rendre public il y a quelques jours un rapport très critique sur le déploiement en Europe des bornes de recharge pour voitures électriques, des infrastructures pourtant indispensables au déploiement de ce type de véhicules. L’Union Européenne fait ainsi preuve d’incohérence. Elle incite fortement, via de lourdes amendes, les constructeurs à promouvoir la voiture électrique. Elle a l’intention d’interdire totalement dans moins de deux décennies la commercialisation de véhicules neufs à moteur thermique, mais dans le même temps les pays européens ne respectent pas leurs engagements pour doter leurs territoires de bornes permettant l’utilisation de ces mêmes véhicules électriques à batteries.

Survie de son industrie automobile et capacité de croissance de l’Europe

Télécharger le rapport
La question est encore plus importante qu’il n’y parait. Elle conditionne la survie d’une industrie automobile européenne surendettée qui a investi des dizaines de milliards d’euros dans la motorisation électrique. Dans le classement des sociétés les plus endettées au monde à la fin de l’année 2019, l’automobile est le secteur le plus représenté. Volkswagen est le numéro un mondial avec 192 milliards de dollars de dettes, Daimler Benz est quatrième (151 milliards) et BMW huitième (114 milliards). L’installation d’infrastructures permettant une transition sans trop de difficultés vers les véhicules électriques conditionne aussi la capacité de l’économie européenne a connaître à nouveau le développement et la croissance dans les prochaines années. Les transports sont un élément majeur et essentiel de l’activité économique. Il faut se rendre compte du fait que la transition vers la motorisation électrique est sans précédent. Il y a une différence profonde de nature entre une rupture technologique résultant d’un progrès indéniable et d’une demande populaire massive, comme par exemple avec la révolution des téléphones portables, qui sont devenus des outils sociaux et professionnels indispensables, et la vente forcée d’un nouveau produit souvent inférieur et plus coûteux que le précédent. Pour la première fois de l’histoire automobile, une technologie est imposée non par les consommateurs ou l’industrie, mais par les pouvoirs publics.

Or, l’un des principaux freins au développement des véhicules électriques tient à l’insuffisance quantitative et qualitative du réseau de bornes électriques. Il y en a trop peu. Elles offrent une puissance et donc une rapidité de recharge souvent insuffisantes. Elles sont assez peu fiables et leur utilisation est compliquée avec une multitude de type de paiements et d’abonnements différents. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles, selon un sondage réalisé au début de l’année par l’équipementier Continental, une majorité de Français et d’Allemands n’a pas aujourd’hui l’intention de passer à l’électrique.

«Pas d’objectifs clairs et cohérents»

Si le titre du rapport est assez anodin et technocratique, « Des bornes de recharge plus nombreuses mais inégalement réparties dans l’UE, ce qui complique les déplacements », sa conclusion est plus directe, « parcourir l’UE au volant d’un véhicule électrique reste compliqué ». L’UE a pour mission de soutenir « le déploiement d’infrastructures de recharge électrique par les États membres en fournissant des leviers d’action et des financements, et en assurant la coordination ». Elle en est loin.

Le rapport souligne que « l’UE ne s’est dotée ni d’objectifs clairs et cohérents, ni d’exigences minimales communes en matière d’infrastructures. La multiplicité des systèmes de paiement et d’information complique l’expérience des utilisateurs. Par exemple, les informations sur la disponibilité en temps réel, la recharge et la facturation ne sont guère coordonnées entre les différents réseaux »

Pourtant, dans son plan d’action de 2017, l’Europe avait un objectif ambitieux: avoir 440.000 points de charge répartis sur le continent avant la fin de l’année 2020 et un million fin 2025. À l’époque, 34.000 bornes étaient disponibles. En septembre de l’année dernière, la commission en a recensé 250.000. Le nombre de borne a donc été multiplié par plus de 7 en 3 ans. Pour autant les objectifs chiffrés ne seront pas tenus sachant que le nombre de bornes ne suffit pas. Il faut encore pouvoir les utiliser… Pour ce qui est du nombre, pour avoir un million de bornes d’ici 2025, il faudrait en implanter 3.000 par semaine durant les 4 prochaines années. Difficile à imaginer (voir le graphique ci-dessous).




Plus encore, la cour des comptes pointe du doigt ce qui est évident pour tout conducteur de véhicule électrique aujourd’hui: s’y retrouver entre tous les opérateurs et les différentes méthodes de facturation est un parcours du combattant. Selon les exploitants de points de recharge et les prestataires de services auxquels ils font appel, les conducteurs de
véhicules électriques doivent souscrire plusieurs abonnements et utiliser différentes méthodes de paiement. Le problème ne sera pas résolu tant que tous les points de charge ne pourront pas être utilisés sans souscription obligatoire d’un contrat. Là encore, la partie n’est pas gagnée.

Le problème de la poule et de l’oeuf

Autre problème, la répartition très inégale des bornes sur le continent qui correspond d’ailleurs étroitement à une Europe de la voiture électrique à deux vitesses. Si les ventes de véhicules électriques ont atteint des niveaux records l’an dernier en Europe, cela ne concerne en fait que les pays du nord et les plus riches. L’Europe du sud et de l’est est toujours réfractaire à la motorisation électrique. Cela s’explique avant tout par le fait que les véhicules électriques ne se vendent qu’avec des subventions massives.
De la même façon, au sein de l’Europe des 27, trois pays concentrent près de 70% de l’ensemble des bornes de recharge: l’Allemagne, la France et les Pays-Bas. On peut parler dans le reste de l’Europe, surtout à l’est et au sud, de déserts électriques. Cela rend tout simplement impossible les déplacements dans ces pays avec des véhicules électriques. L’explication première de cette insuffisance d’infrastructures et de la lenteur de leur mise en place est en fait avant tout économique. Les taux d’utilisation actuels des bornes de recharge sont trop faibles pour assurer une rentabilité aux opérateurs. Il s’agit d’un 4/4 paradoxe: beaucoup plus de bornes sont nécessaires pour développer et installer la mobilité électrique en Europe, mais les bornes existantes sont sous-utilisées et trop peu rentables. L’histoire éternelle de la poule et de l’oeuf comme le souligne d’ailleurs avec un certain humour le rapport de la Cour des comptes européenne.

jeudi 15 avril 2021

VOITURES ELECTRIQUES EN EUROPE : Les raisons du choix selon les automobilistes.

  • Une enquête européenne montre que les conducteurs de véhicules 100% électriques sont satisfaits de leur expérience 
  • Pour 97% des utilisateurs, le passage à un véhicule électrique fut « plus simple que prévu » ou « comme prévu » 
  • 89% d'entre eux pensent qu'abandonner leur voiture thermique était la bonne décision

Une nouvelle série de témoignages « Ma vie en Nissan LEAF » met en lumière les histoires authentiques de propriétaires et les avantages de la conduite électrique 

70% des conducteurs européens envisagent d'acheter un véhicule 100% électrique dont 49% déclarent le faire pour des raisons environnementales. Afin de comprendre pourquoi certains clients optent pour un véhicule 100% électrique, 7 000 automobilistes à travers l'Europe ont été interrogés par Nissan, dans le cadre d'une étude, pour révéler leurs habitudes de conduite et de recharge ou de ravitaillement. Les automobilistes qui ont répondu étaient à parité conducteurs de véhicules thermiques et 100% électriques.

Selon les premiers résultats obtenus, la plupart des conducteurs interrogés ont manifesté leur satisfaction quant aux véhicules électriques. 74% d'entre eux se sentent plus sereins au volant et 77% estiment qu'il est plus agréable de conduire un véhicule 100% électrique qu'un véhicule thermique. Enfin, 89% sont convaincus d'avoir fait le bon choix.

Par ailleurs, 97% des conducteurs de véhicules 100% électriques ont trouvé leur passage du thermique à l'électrique « plus facile que prévu » ou « comme ils l'avaient prévu »,

De plus, 70% des automobilistes ont découvert que leur véhicule 100% électrique disposait d'une autonomie supérieure à celle qu'ils estimaient au départ. Cet argument pourrait par ailleurs convaincre 58% des conducteurs de véhicules thermiques à se convertir à l'électrique. 

Arnaud Charpentier, Region Vice President, Product, Strategy and Pricing, Nissan AMIEO, déclare de ce fait : « Cette nouvelle enquête nous permet de constater à quel point les conducteurs européens adoptent l'électrification. Tout comme ils continuent d'explorer le potentiel des véhicules électriques, nous nous engageons à leur montrer les nombreux avantages cette mobilité, et comment il est facile d'opérer changement » a déclaré Arnaud Charpentier, Region Vice President, Product, Strategy and Pricing, Nissan AMIEO. « Entre leurs faibles coûts d'usage, leur agrément au quotidien et leur fonctionnement silencieux, les voitures 100% électriques comme la Nissan LEAF ont transformé l'expérience de conduite quotidienne. »

Changer pour le meilleur

Lorsqu'on en vient à aborder l'agrément de conduite, élément-clé pour Nissan, pas moins de 89% des conducteurs européens de véhicules 100% électriques sont satisfaits de leur expérience et 78% affirment qu'elle est meilleure que prévu.

Plus d'un tiers des conducteurs a pris la décision de se convertir à cette énergie  pour la technologie de pointe de ces véhicules. Celle-ci constitue ainsi l'élément-clé de  des performances et de l'agrément de conduite. 

31% des conducteurs de voitures thermiques envisagent de passer à l'électrique afin d'accéder à ces innovations, ce qui confirme l'importance de celles-ci dans la révolution de la mobilité électrique.

Relever le défi climatique

L'enquête révèle que près de la moitié des conducteurs de modèles thermiques envisagent de passer à l'électrique pour des raisons environnementales. Ces raisons constituent également la motivation principale d'achat de 40% des conducteurs de véhicules 100% électriques.

Selon les sources internes de Nissan, l'utilisation de la Nissan LEAF a permis d'éviter l'émission de 2,5 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère.

Économiser du carburant

La perspective de faibles coûts d'usage séduit 31% des conducteurs de modèles thermiques qui envisagent de passer à un véhicule 100% électrique. Ils seront rassurés d'apprendre que 83% des conducteurs de ce type de véhicule confirment des coûts de détention encore plus faibles que ce qu'ils avaient prévu.

Pour permettre à tous les conducteurs qui le souhaitent de chiffrer les économies potentielles procurées par le passage à l'électrique, Nissan lance un nouveau calculateur d'économie de carburant en ligne. En indiquant la motorisation souhaitée, le prix du carburant et de l'électricité, les internautes peuvent simuler les économies potentielles procurées dans la durée en choisissant une Nissan LEAF.

Ma vie en Nissan LEAF

Alors que de nombreux automobilistes sont prêts franchir le pas vers la conduite électrifiée, Nissan a voulu mettre en lumière les propriétaires de la Nissan LEAF. L'objectif : leur faire partager les nombreux avantages qu'ils ont découverts lors de la conduite électrique. Constituant une collection unique de témoignages, la série de vidéos Ma vie en Nissan LEAF met en lumière les histoires de propriétaires qui soulignent les avantages de cette mobilité.

De la même façon que chaque propriétaire a contribué à façonner l'histoire de la Nissan LEAF, la berline compacte 100% électrique fait désormais partie de la famille dans le  monde entier. Ainsi, Quentin Lemaire, en France, a acheté une Nissan LEAF pour rester cohérent avec ses convictions écologiques lorsque sa famille s'est agrandie. Shannon Monroe aux États-Unis, est une adepte de la première heure de la LEAF qu'elle a choisi  en 2010. 200 000 km sans émission à l'échappement plus tard, elle reste une propriétaire comblée.

Grâce à ses coûts d'exploitation mesurés ainsi qu'à son véritable agrément de conduit, la Nissan LEAF a également su convaincre les professionnels. Pour Fabien Verbrugghe, chauffeur Uber Green français, la motorisation silencieuse et dynamique de la Nissan LEAF offre à ses clients confort et sécurité, et lui assure un faible coût de fonctionnement. Quant à l'écossais Neil Swanson, il a déjà parcouru 135 000 km avec sa Nissan LEAF de première génération. Il l'a acquise suite à un essai lors d'un concours.

« Plus de 500 000 propriétaires de Nissan LEAF comptent parmi les clients les plus fidèles de la marque. En mettant en lumière leur expérience unique et positive, nous renforçons notre engagement à partager les avantages de la mobilité 100% électrique et à montrer à quel point elle est agréable et avantageuse. » a déclaré Arnaud Charpentier.

Pour découvrir combien vous pourriez économiser ainsi que tous les avantages qu'offrent les véhicules électriques, visitez le calculateur d'économie de carburant en ligne.

Chaque épisode de la série vidéo Ma vie en Nissan LEAF présente des témoignages réels pour mettre en évidence le mode de vie agréable procuré par la mobilité 100% électrique. Pour découvrir l'histoire complète, visitez Nissan Stories.

Pour en savoir plus sur les produits 100% électriques Nissan

Au niveau global, Nissan a récemment dévoilé sa stratégie afin d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 pour tous ses produits et opérations. En Europe, les véhicules électrifiés représenteront environ la moitié des ventes d'ici la fin de l'exercice 2023.

L'enquête

(1) OnePoll a interrogé 7000 personnes en Allemagne, en Espagne, en France, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni ; ainsi que dans les pays nordiques : Norvège, Suède et Danemark. L'enquête a eu lieu du 29 janvier au 23 février derniers. Elle a été menée en ligne auprès d'un panel représentatif, selon la méthode des quotas. Les répondants conduisant des véhicules électriques ou thermiques ont été ciblés à l'aide de questions de sélection.

vendredi 9 avril 2021

Nouvelle DACIA Spring, la révolution électrique à l’essai

UNE NOUVELLE R-EV-OLUTION

Depuis 15 ans, Dacia a bousculé le monde de l’automobile avec son modèle économique inédit et ses véhicules abordables, contemporains et centrés sur l’essentiel.

Logan a démocratisé la voiture neuve en 2004. Duster a chamboulé le segment des SUV. Sandero, qui vient tout juste d’être renouvelée, est leader des ventes à particulier en Europe depuis plusieurs années.

Aujourd’hui, Dacia ouvre un nouveau chapitre de son histoire avec l’arrivée de Nouvelle Spring, premier modèle 100% électrique de la marque.

Dacia, marque du Groupe Renault, profite du savoir-faire et de l’expérience unique au monde acquise par le Groupe et l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, pionniers de la mobilité électrique depuis plus de 10 ans.

Spring est une r-EV-olution. C’est la voiture électrique la moins chère du marché européen qui rendra la mobilité électrique accessible au plus grand nombre.

Sous son look de SUV se cache une citadine dotée d’une habitabilité record avec 4 vraies places, d’une motorisation électrique simple et fiable et d’une autonomie de 230 km (WLTP combiné) et de 305 km en ville (WLTP city).

Nouvelle Dacia Spring sera proposée en 3 versions :

• Une version grand public, en pré-commande à partir du 20 mars 2021, pour des premières livraisons à l’automne 2021

• Une version Business, disponible dès mars 2021, pour les sociétés d’autopartage, les loueurs et les flottes d’entreprise

• Une déclinaison 100% utilitaire, dite Cargo, sans banquette arrière, commercialisée à partir de début 2022 pour la livraison du dernier kilomètre

En proposant une citadine au look SUV, 100% électrique, qui répond à l’essentiel des besoins des clients à un prix imbattable, Dacia démocratise la mobilité électrique.

DESIGN EXTÉRIEUR

UNE CITADINE « BRANCHÉE » AUX ALLURES DE BAROUDEUSE

Première petite citadine de Dacia, Nouvelle Spring casse les codes de la voiture électrique « conventionnelle ». Son style baroudeur séduisant évoque la robustesse et l’espace intérieur.

UN LOOK DE SUV

Sa ligne affirmée est dotée d’attributs venus du monde des SUV : arches de roues élargies, barres de toit, bas de caisse avant renforcés, ski arrière et garde au sol surélevée (151 mm à vide). Avec ses larges épaules et son capot bombé, Spring dégage un sentiment de robustesse. Sa carrure sécurisante laisse deviner une grande habitabilité intérieure. Spring est pourtant une vraie citadine. Ses dimensions sont compactes : 3,73 m de long, 1,58 m de large (hors rétroviseurs) et 1,51 m de haut (hors charge, barres de toit comprises).

UNE IDENTITÉ FORTE À L’AVANT

Spring ne passe pas inaperçue. Sa face avant dégage une personnalité forte avec un capot nervuré, un large bouclier et des optiques LED effilées dont la ligne horizontale est prolongée dans le dessin de la calandre. Signe distinctif des véhicules électriques, la calandre avant de Nouvelle Spring est pleine. Contemporaine, elle comporte des reliefs en 3D et dissimule la trappe de recharge dont l’ouverture se commande depuis l’habitacle.

UN « PACK ORANGE » (D)ÉTONNANT

Pleine de caractère, Nouvelle Spring assume pleinement son look, réhaussé par un pack coloré disponible sur la version de lancement : les rétroviseurs, les barres de toit, le sticker de porte et le cerclage des entrées d’air sont teintés ou soulignés d’orange. A l’intérieur, les surpiqures des sièges, l’entourage des aérateurs de ventilation et de l’écran multimédia sont orange et les placages de contrefort de porte sont gris brillant. Avec cet apparat, la mobilité électrique fait le plein de style et de fun.

DES ROUES « FLEXWHEEL »

Les enjoliveurs de Nouvelle Spring imitent esthétiquement les jantes alliage. Ce rendu est possible grâce au système Flexwheel : les jantes en tôle sont ajourées afin de permettre l’installation d’élégants enjoliveurs. Une solution maline à la fois esthétique et économique.

UNE FACE ARRIÈRE DYNAMIQUE

La face arrière rappelle, dans sa partie haute, la vocation de citadine de Spring avec une lunette arrière bombée, des optiques de phare arrondies et des courbes douces. La partie basse est quant à elle dôtée des attributs sécurisants d’un SUV : le pare-chocs arrière est équipé d’un robuste bouclier non peint et d’un ski teinté en gris. Afin de dynamiser la silhouette arrière de Spring, les catadioptres sont logées dans des fausses écopes d’air et les ailes arrières sont nervurées.

UNE NOUVELLE SIGNATURE LUMINEUSE

Les optiques arrière sont équipées de la nouvelle signature lumineuse Dacia en forme de Y.

DESIGN INTÉRIEUR

UNE HABITABILITÉ RECORD

Dacia Spring peut accueillir confortablement quatre adultes et dispose d’un coffre généreux.

UN GRAND ESPACE À BORD

Dans des dimensions extérieures compactes de citadine cinq portes, Spring offre quatre vraies places adultes. Avec une garde au toit généreuse et un rayon aux genoux de 100 mm, les places arrière accueillent aisément les grands gabarits. L’impression d’espace participe d’ailleurs au confort général de l’intérieur. Les passagers avant disposent de 23,1 litres de rangements répartis entre la grande boîte à gants, les contreforts de porte et le vide-poches de la console centrale. Les passagers arrière disposent de poches aumônières derrière les sièges avant.

UNE CITADINE QUI A DU COFFRE

Le coffre propose la meilleure capacité de chargement de sa catégorie : 270 dm3 VDA (sans compter le logement sous le coffre pour la roue de secours en option) / 290 litres. Un chiffre digne du segment supérieur. Pour davantage de modularité, la banquette arrière est rabattable. La capacité de chargement passe alors à 620 litres (capacité maximale jusqu’à hauteur de siège).

DES ÉQUIPEMENTS GÉNÉREUX

L’équipement de série, sur toutes les versions commercialisées au lancement, comprend la direction à assistance variable 100% électrique, la climatisation manuelle, le verrouillage centralisé à distance, quatre vitres électriques, l’allumage automatique des phares et le limiteur de vitesse (dont la commande est située sur le volant).

Un afficheur numérique de 3,5 pouces est présent entre les compteurs.

Le système multimédia Media Nav et les réglages électriques des rétroviseurs sont disponibles selon le niveau de finition.

UN INTÉRIEUR ACCUEILLANT

L’habitacle de Spring est fonctionnel. Les contreforts de porte arborent des placages noir brillant entourés d’un liseré bleu. Le levier de vitesse est remplacé par une mollette rotative chromée simple d’utilisation avec 3 positions : D (drive / marche avant), N (neutral / point mort) et R (return / marche arrière).

UN SYSTÈME MULTIMEDIA INTUITIF ET CONVIVIAL

Disponible selon les versions, l’équipement multimédia Media Nav comprend un écran tactile de 7 pouces, la navigation, la radio DAB, la réplication filaire du smartphone compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, le Bluetooth, une prise USB et une sortie auxiliaire. Une commande pour la reconnaissance vocale (via smartphone) est située sur le volant. Elle permet d’activer et de commander par la voix l’assistant iOS ou Google du smartphone.

MOTORISATION ET RECHARGE

UNE MOTORISATION ÉLECTRIQUE SIMPLE ET FIABLE

Fidèle à la philosophie des modèles Dacia, Spring est économique à l’achat et à l’usage. Commercialisée à un prix imbattable, elle apporte la simplicité, la polyvalence, la fiabilité et la robustesse. Des qualificatifs qui correspondent parfaitement à sa motorisation 100% électrique peu coûteuse en entretien et offrant une autonomie de 230 km WLTP et de 305 km en cycle WLTP city.

UNE MOTORISATION FIABLE ET ROBUSTE

La motorisation 100% électrique de 33 kW (équivalent à 44 chevaux) est couplée à une batterie de 27,4 kWh. Fonctionnant sans huile et avec un nombre de pièces en mouvement bien plus réduit que sur un moteur thermique (absence de courroie notamment), le moteur électrique de Nouvelle Spring est simple, fiable et robuste.

UNE RECHARGE SIMPLE

Dacia Spring se charge via un connecteur situé derrière la calandre, au niveau du logo. Le déverrouillage de la trappe s’effectue par une commande située dans l’habitacle, sous le volant.

Lorsque Spring est branchée, le tableau de bord affiche les informations suivantes : le témoin de charge, le pourcentage actuel de charge, la durée restante pour atteindre une charge à 100% et l’autonomie disponible en kilomètres avec le niveau de charge actuel.

Pour arrêter la charge, la prise doit être déverrouillée en appuyant sur la commande d’ouverture des portes depuis la clé ou l’habitacle.

UNE APPLICATION PRATIQUE

Depuis un smartphone, l’application gratuite MY Dacia permet de connaître en temps réel le niveau de charge de la batterie, l’autonomie disponible et de localiser la voiture en temps réel. Lorsque Spring est branchée, l’application permet de lancer le pré-conditionnement de l’habitacle (climatisation/chauffage), de s’informer de la progression de la charge et de mettre en pause ou de reprendre cette dernière.


Conformément à la réglementation RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), une commande en partie basse de la console de bord active ou non l’envoi de données privées. Utilisées par l’application MY Dacia, elles concernent notamment la localisation du véhicule et son numéro de série.

UNE LIBERTÉ DE CHARGE

Pour plus de liberté, Spring offre un large choix de recharge : sur une prise domestique 220V ou sur une prise Green’Up avec un câble Flexicharger (mode 2), sur une Wallbox de 7,4 kW avec un câble spécifique (mode 3) ou sur une borne DC de 30 kW intégrant le câble de charge.

La durée de charge de la batterie lithium-ion est de :

• Moins d’une heure pour une charge à 80% et moins d’1h30 pour une charge à 100% sur une borne DC 30 kW

• Moins de 5 heures pour une charge à 100% sur une Wallbox de 7,4 kW

• Moins de 8h30 pour une charge à 100% sur une Wallbox de 3,7 kW

• Moins de 14 heures pour une charge à 100% sur une prise domestique de 2,3 kW

En Europe, 200 000 bornes sont disponibles en libre-service dont 43 700 aux Pays-Bas, environ 33 000 en Allemagne et près de 30 000 en France.

DES ÉCONOMIES À L’USAGE

Économique à l’achat, Spring l’est aussi à l’usage : son TCO (Total Cost of Ownership) est le plus bas du marché, voitures électriques et thermiques confondues.

UNE DURABILITÉ À TOUTE ÉPREUVE

Comme tous les véhicules Dacia, Spring répond aux exigences de qualité, de fiabilité et de durabilité du Groupe Renault. Elle a subi plus d’un million de kilomètres (en équivalent cumulés) de tests de roulage dans des conditions climatiques et d’usage extrêmes. La durabilité de tous ses matériaux a été mise à rude épreuve lors de « torture tests ». Les performances et les recharges de sa batterie ont été éprouvées à hautes et à basses températures.

AU VOLANT

UNE CITADINE POLYVALENTE ET PRATIQUE

Grâce à son gabarit contenu et son autonomie rassurante, Nouvelle Spring offre une polyvalence d’usage et permet de profiter pleinement du plaisir de rouler électrique.

TOUT LE PLAISIR DE L’ÉLECTRIQUE

La motorisation électrique est agréable à l’usage : bonne réponse à l’accélération (couple de 125 Nm immédiatement disponible), absence de passage de vitesse et de vibration, silence de fonctionnement. Le plaisir électrique est à consommer sans modération et n’émet, à l’usage, ni polluant ni CO2.

UNE AUTONOMIE RASSURANTE

Légère et compacte, Spring dispose d’une autonomie de 230 km en cycle WLTP et de 305 km WLTP City (cycle d’homologation comportant uniquement la partie urbaine du cycle homologué).

Cela lui garantit une grande polyvalence d’utilisation, urbaine mais aussi péri-urbaine. Le freinage régénératif permanent récupère de l’énergie à chaque levée de pied de la pédale d’accélérateur.

En toutes circonstances, l’autonomie peut être améliorée de près de 9% par une simple pression sur le bouton ECO de la console centrale. Ce mode limite la puissance à 23 kW (au lieu de 33 kW) et la vitesse maximale à 100 km/h.

En Europe, le roulage moyen quotidien d’une citadine comparable est de 31 km. Sur cette base, Spring n’a donc besoin que d’une seule charge par semaine.

UNE LIBERTÉ DE CIRCULATION

La motorisation électrique de Spring offre une liberté totale de circulation dans les centres-villes dont l’accès est restreint aux véhicules, même en période de pic de pollution. Dans de nombreuses villes, elle permet un stationnement gratuit.

DES MANOEUVRES FACILITÉES

Avec un rayon de braquage réduit de 4,8 m, Spring se faufile partout en ville. Son système d’assistance au parking, selon la finition, offre des aides visuelles et sonores grâce à trois radars à ultra-sons situés sur le bouclier arrière et une caméra de recul dont l’image est retransmise sur l’écran du système multimédia avec des lignes de guidage.

À L’AISE EN VILLE ET AU DELÀ

Spring est une voiture 100% électrique polyvalente au comportement routier équilibré.

Associés à une garde au sol élevée de 151 mm (à vide), ses dimensions compactes et son faible rayon de braquage de 4,8 mètres lui permettent d’être à l’aise pour se faufiler et se garer en ville.

Sa mécanique fiable, sa facilité d’utilisation, son autonomie et son confort intérieur lui procurent une grande liberté d’usage et lui permettent d’être également à l’aise sur les routes de campagne.

LA SÉCURITÉ À BORD

Les équipements de sécurité de série comprennent entre autres : le limiteur de vitesse, l’ABS, l’ESC, le répartiteur électronique de freinage, 6 airbags, l’allumage automatique des feux et le freinage automatique d’urgence. Ce dernier est actif à partir de 7 km/h et détecte, via le radar avant, la distance du véhicule qui précède (à l'arrêt ou en mouvement). Si un risque de collision est détecté, il alerte le conducteur de manière visuelle et sonore, avant d’amplifier la performance du système de freinage si le conducteur freine mais que le risque est toujours présent. Si le conducteur ne freine pas ou pas suffisamment, il actionne automatiquement ou plus fortement les freins.

La structure de caisse est renforcée au niveau de la baie moteur et du compartiment passager (notamment au niveau du pilier milieu et des poutres de porte) par de l’acier à très haute résistance. La batterie est, quant à elle, protégée des chocs par des soubassements renforcés. Afin de faciliter l’intervention des pompiers, elle est équipée d’un système de déconnection activable et d’une ouverture spécifique pour un accès rapide à l’intérieur de la batterie.

DACIA SPRING BUSINESS

UNE OFFRE PARFAITE POUR RÉPONDRE AUX NOUVELLES MOBILITÉS

En phase avec la transition énergétique et le contexte réglementaire, les besoins et les solutions de mobilité évoluent. Grâce à Spring Business, Dacia propose aux professionnels des flottes et de l’autopartage une réponse pragmatique aux besoins contemporains de mobilité durable accessible à tous.

UNE VERSION BUSINESS SPÉCIFIQUE

En Europe, l’usage moyen d’une voiture en autopartage est de 40 minutes pour une distance parcourue de 8 kilomètres. Dacia Spring répond parfaitement à cette utilisation en étant 100% électrique et simple d’utilisation, fiable et robuste. Par ailleurs, son positionnement prix lui permet d’être en phase avec le modèle économique de l’autopartage et avec les attentes des clients.

En s’appuyant sur l’expertise acquise avec ZITY, le service d’autopartage en libre-service opéré par la joint-venture du Groupe Renault et de Ferrovial à Madrid et Paris, Dacia a développé une version spécifique de Spring pour le marché de l’autopartage : Dacia Spring Business.

Elle est prééquipée pour accueillir la technologie des opérateurs permettant la géolocalisation et autorisant l’ouverture des portes à l’aide d’un smartphone.

UNE FINITION SPÉCIFIQUE

Dacia Spring Business est disponible en blanc ou gris clair, avec des touches de bleu sur les barres de toit. Elle est équipée de dispositifs d’aide au stationnement (caméra de recul et radars arrière), de poignées et de rétroviseurs grainés noirs pour une meilleure durabilité ainsi que de roues Flexwheel de 14 pouces. Les sièges sont en TEP noirs (simili cuir résistant et peu salissant) avec des surpiqures bleues. Dacia Spring Business dispose de série de tapis de sol avant et arrière, de protection des seuils de portes avant et du seuil de coffre. Dans l’habitacle, l’environnement de l’opérateur d’autopartage est disponible pour l’utilisateur sur l’écran du système multimédia et de navigation Media Nav grâce à la réplication filaire smartphone (Apple CarPlay et Android Auto).

UNE MÉCANIQUE FIABLE ET ÉCONOMIQUE

Le moteur électrique utilise une technologie fiable et moins coûteuse en entretien qu’un moteur thermique. Dacia Spring est garantie 3 ans / 100 000 km et sa batterie est garantie 8 ans / 120 000 km.

UN FAIBLE COÛT D’USAGE

Électrique, adaptée à l’autopartage, fiable, légère, robuste et commercialisée à un prix imbattable, Dacia Spring Business permet aux opérateurs de réduire leurs coûts d’exploitation de 20% minimum comparée à l’utilisation d’une voiture standard.

Le TCO (Total Cost of Ownership) de Dacia Spring Business étant le plus bas du marché (voitures électriques et thermiques confondues), il est en phase avec le modèle économique de l’autopartage.

Mobilize, une marque dédiée aux nouvelles mobilités

La mobilité électrique est désormais bien installée dans notre vie quotidienne. Depuis plus de dix ans, le Groupe Renault a acquis une expérience qui lui permet aujourd’hui de mettre la mobilité électrique à la portée de tous, en répondant aux besoins de chacun. En Europe, une voiture électrique sur cinq est conçue par le Groupe Renault. Plus de 30 000 collaborateurs sont formés aux spécificités de la mobilité électrique.

Avec sa marque Mobilize, le Groupe Renault propose des solutions de mobilité adaptées à l’évolution des attentes des consommateurs, des entreprises et des territoires et répondant aux enjeux environnementaux et de décongestion des villes. La mobilité électrique partagée fait partie de ces solutions. Avec près de 10 000 véhicules 100% électriques intégrés dans différentes opérations

d’autopartage, le Groupe Renault est aujourd’hui leader de solution d’autopartage électrique en Europe. Fort de l’expertise du Groupe Renault dans la conception et la fabrication de véhicules électriques et de son expérience en tant qu’opérateur (ZITY) et partenaire d’opérateurs (Green Mobility, Fetch, Totem Mobi…), Mobilize est un partenaire de choix pour les acteurs publics et privés de la mobilité.

Mobilize propose :

• Des véhicules conçus spécifiquement ou adaptés pour les services de mobilité (VTC, autopartage, livraison du dernier kilomètre), comme Dacia Spring Business

• Une acquisition facilitée de flottes grâce à des services de financement

• Une gestion optimisée des véhicules grâce à des plateformes logicielles dédiées à la mobilité, aux données et à l’intelligence artificielle

• Des services d’entretien et de recyclage des véhicules et des batteries

Depuis le 1er mars 2021, les 504 agences de location E.Leclerc proposent -en exclusivité- Dacia Spring Business. 3 000 unités ont été commandées.

DACIA SPRING CARGO

UN VRAI UTILITAIRE COMPACT ÉLECTRIQUE

Destiné aux professionnels, Dacia Spring Cargo est un véhicule utilitaire homologué N1 compacte, maniable, robuste et peu coûteux à l’usage.

UNE SOLUTION POUR LA LIVRAISON DU DERNIER KILOMETRE 

La livraison du dernier kilomètre est le dernier chaînon de la livraison, jusqu’au client final. Compte tenu du nombre important de points de livraison et de leur répartition, cette partie de la livraison est la plus difficile à gérer et donc la plus coûteuse. À l’échelle nationale, elle pèse environ 20% du trafic en ville, occupe 30% de la voirie et se trouve être à l’origine de 25% des émissions de gaz à effet de serre, selon les chiffres publiés par le Comité d’analyse stratégique.

Destiné aux professionnels, Dacia Spring Cargo est un véhicule 100% utilitaire homologué N1.

Compact, maniable, robuste et économique, Dacia Spring Cargo n’émet aucune émission polluante à l’usage. Il représente une solution particulièrement adaptée pour relever le « défi du dernier kilomètre ».

UNE CAPACITÉ DE CHARGEMENT DE 1 100 LITRES

Dacia Spring Cargo est doté d’un coffre qui s’étend au niveau de la banquette arrière, d’un revêtement plastique sur le plancher et sur les passages de roues intérieurs, de quatre anneaux d’arrimage (norme ISO 27956*) et d’une cloison de séparation grillagée (norme ISO 27956*) séparant les passagers avant de la zone de chargement. La longueur de chargement de cette version spécifique est de 1 033 mm, pour un volume de 1 100 litres et une charge utile de 325 kilos. *La norme ISO 27956 s'applique à l'équipement approprié des véhicules pour la sécurisation du chargement dans les camionnettes de livraison ayant une masse en charge jusqu'à 7,5 t. L'ISO 27956:2009 spécifie les exigences minimales et les méthodes d'essai pour sécuriser la charge de façon fiable et en état d'aptitude à la circulation, de façon à protéger les occupants de blessures causées par le ripage de la charge.

UN ÉQUIPEMENT COMPLET

Disponible en teinte extérieure blanche, Spring Cargo dispose d’un équipement de série comprenant la climatisation manuelle, la radio (avec Bluetooth), une prise USB et une prédisposition pour un porte-téléphone, l’allumage automatique des feux, une sellerie en tissu, des poignées extérieures et des rétroviseurs grainés noirs moins sensibles aux rayures, une protection des seuils de porte et de coffre et des roues en tôle de 14 pouces. Pour des raisons d’optimisation du poids, cette version ne dispose pas de roue de secours.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

SPRING ET SPRING BUSINESS

 





















VOLUME DE COFFRE

Volume de coffre en litres                             290 L              

Volume de coffre en dm3 (norme VDA)     270 dm3

Volume jusqu’à la hauteur de siège - 

banquette arrière rabattue en litres              620 L

DIMENSIONS (mm)

Longueur hors tout                                           3 734

Empattement                                                   2 423

Porte-à-faux avant                                          692

Porte-à-faux arrière                                         619

Largeur hors tout avec rétroviseurs rabattus / 1 579  avec rétroviseurs dépliés / 1 770

Voie avant au sol                                             1 385

Voie arrière au sol                                             1 365

Hauteur hors tout                                            1 516

Hauteur avec hayon ouvert à vide                 1 906

Hauteur seuil de coffre à vide                         722

Garde au sol à vide                                         151

Rayon aux genoux de la 2e rangée                 100

Largeur aux coudes avant                             1 281

Largeur aux coudes arrière                             1 256

Largeur aux épaules avant                             1 250

Largeur aux épaules arrière                             1 231

Hauteur sous pavillon de la 1ère rangée         896

Hauteur sous pavillon de la 2e rangée             843

Largeur maximale entrée de coffre                 925

Largeur intérieure entre passage de roue         931

Longueur de chargement banquette rabattue     704


mercredi 7 avril 2021

DS Automobiles inaugurera son nouveau groupe motopropulseur ce week-end lors du E-Prix de Rome

 Après un début de saison plein de rebondissements pour DS Automobiles et son partenaire TECHEETAH, le deuxième E-Prix du championnat du monde ABB FIA de Formule E se disputera à Rome (Italie) les 10 et 11 avril prochains. A cette occasion, DS Automobiles introduira la DS E-TENSE FE21, la monoplace remplaçante de la DS E-TENSE FE20 championne l’année dernière.



Grâce à l’exploitation des dernières technologies électriques et au renouvellement de la quasi-totalité des pièces, le nouveau groupe motopropulseur développé par DS Performance (division compétition de DS Automobiles) pour le team DS TECHEETAH est synonyme de " grand pas " technologique. Dotée d’un moteur, d’une boite de vitesse et d’un inverter avec des évolutions très significatives, la DS E-TENSE FE21 sera beaucoup plus performante que la monoplace précédente. Bien sûr, le développement de ce groupe motopropulseur n’aurait pas été possible sans l’investissement des équipes de Total qui ont travaillé en étroite collaboration avec les ingénieurs de DS Performance pour mettre au point des lubrifiants et liquides de refroidissement sur mesure ultra innovants.

Véritable vitrine technologique pour DS Automobiles, ce nouveau groupe motopropulseur, homologué pour 2 ans, aura pour objectif de porter le team DS TECHEETAH vers un troisième double titre en Formule E.

Xavier Mestelan Pinon, Directeur DS Performance:

" Au-delà d’être une course emblématique du championnat de Formule E, Rome sera également une étape importante pour DS Automobiles. C’est en effet sur cette épreuve que sera dévoilé notre nouveau groupe motopropulseur qui sera utilisé, conformément à la réglementation, jusqu’à la fin de la saison prochaine. Repensé de fond en comble, il apportera des gains en performance significatifs. Tout cela reste à vérifier en course mais l’équipe est confiante. La DS E-TENSE FE21 devrait être un atout certain pour nos pilotes et l’équipe dans la quête d’un nouveau double titre ! 

Plus personnellement, cette course sera également celle où je passerai le relais à Thomas Chevaucher que je félicite et remercie sincèrement pour ce qu’il a réalisé à mes côtés depuis de nombreuses années. Je sais qu’il saura emmener l’équipe vers un nouvel exploit ! J’en profite également pour saluer et remercier chaleureusement chaque membre de " mon équipe " avec qui j’ai partagé tant d’instants extraordinaires. Ce n’est pas sans émotion que je vais quitter de tels talents… une famille… En tous les cas, j’aurai à cœur de continuer à les suivre bien sûr ! Ce qui ne devrait pas être compliqué car ils seront certainement bien visibles sur les plus hautes marches des podiums ! "

Caractéristiques techniques de la DS E-TENSE FE21 : 

Type : Monoplace

Longueur/Largeur/Hauteur : 5,16m x 1,77m x 1,05m

Empattement : 3,10m

Masse : 903 kg minimum avec le pilote

Batterie : Capacité de 52 kWh, 385 kg

Motorisation : Electrique couplée aux roues arrière

Puissance maximale : 250 kW (338 CH)

Récupération d’énergie : 250 kW

Alimentation : 900 V

Freinage : disques ventilés en carbone, 4 pistons, contrôle électronique des freins arrière

Vitesse maximale : 230 km/h (optimisée pour les circuits urbains)

0 à 100 km/h : 2,8 sec

Pneumatiques : Michelin Pilot Sport EV Saison 7, 245x40R18 (AV), 305x40R18 (AR)

À PROPOS DE DS TECHEETAH

L’équipe chinoise TECHEETAH Formula-E est engagée en championnat du monde ABB FIA de Formule E. Elle appartient à SECA (Shanghai) Limited. Pour la saison 2018/2019 du Championnat ABB FIA de Formule E, TECHEETAH s’est associée à DS Automobiles pour devenir DS TECHEETAH.

Au cours de la saison 2019/2020, DS TECHEETAH a remporté un deuxième double titre avec António Félix da Costa en tête du classement « Pilotes ». En remportant les titres « Pilotes » en 2018, 2019 et 2020, TECHEETAH détient le plus grand nombre de victoires consécutives de pilotes avec Jean-Eric Vergne et António Félix da Costa.

À PROPOS DE CHINA MEDIA CAPITAL (CMC)

China Media Capital (“CMC”) est fondé et dirigé par Ruigang Li, l’une des personnalités les plus importantes de l’investissement et de la gestion opérationnelle dans l’univers des médias et du divertissement en Chine et dans le monde. CMC a créé et fait croitre plusieurs références et leaders émergents dans les domaines des médias et du divertissement, sur internet et sur mobile, en lifestyle, cinéma, télévision, musique, sport, divertissement, médias financiers, services de données financières, vidéo en ligne, télévision intelligente, publicité, réseaux sociaux, jeux, éducation en ligne, e-commerce, O2O…

À PROPOS DE SECA

Basée à Shanghai, SECA est une société référence du management et du marketing sportif en Chine. L’entreprise est spécialisée dans la représentation des sportifs, l’organisation d’évènements et le développement de contenus. China Media Capital (CMC) Holdings et Yao Ming, membre du Hall of Fame NBA, font partie des investisseurs de la société.

À PROPOS DE DS AUTOMOBILES

Animée par l’esprit d’avant-garde et forte d’un héritage exceptionnel - celui de la DS de 1955, la marque DS, créée en 2014, a pour ambition d’incarner le savoir-faire français du luxe dans l’industrie automobile. Conçus pour une clientèle à la recherche d’expression personnelle et avide des nouvelles technologies, les modèles DS allient raffinement et technologie. Avec DS 3 CROSSBACK, DS 7 CROSSBACK, DS 4 et DS 9, la marque DS construit une gamme mondiale.

Forte d’un double titre de Formule E en 2019 et 2020, DS Automobiles s’affirme à la pointe de l’électrification en proposant l’ensemble de ses modèles en version électrifiée. Sous le label E-TENSE, DS Automobiles propose aussi bien des motorisations 100% électrique que des hybrides rechargeables pouvant aller jusqu’à 360 chevaux et dotées de 4 roues motrices.

Pour ses clients exigeants, DS Automobiles a créé « ONLY YOU, l’expérience DS », son programme de services exclusifs pour une expérience de marque unique. Présente dans 41 pays, la marque DS a créé et développe un réseau de distribution exclusif qui compte plus de 400 DS STORES à travers le monde.



Diridrone : le drone plus léger que l'air


Dans le cadre d’un contrat de partenariat de R&D avec RTE (Le Réseau de Transport d'Électricité), CNIM Air Space a développé sur-mesure un démonstrateur de dirigeable drone : Diridrone.
Diridrone s’adresse aux professionnels de l’inspection d’infrastructures et de la surveillance, à la recherche d’une plateforme aérienne innovante, persistante et à coûts opérationnels réduits.

vendredi 2 avril 2021

Les 25 et 26 juin 2021, F²AUVE crée un évènement pas comme les autres : REMOOVE

 

La Fédération Française des Associations d’Utilisateurs de Véhicules Electriques (F²AUVE) a vocation à regrouper les associations d’utilisateurs de véhicules électriques, afin d’accélérer la conversion des usages des professionnels et particuliers vers la mobilité électrique, d’aider aux échanges avec la filière aux niveaux national et international. 

Dans ce cadre, F²AUVE crée un évènement pas comme les autres REMOOVE : la Rencontre des Mobilités et Véhicules Electriques. Avec notre partenaire du Circuit de la Ferté Gaucher, deux jours durant, vous disposerez d’un véritable centre d’essais ouvert aux professionnels et au grand public.

Vous êtes un professionnel vendeur de solutions de mobilité : voilà une occasion unique de faire essayer aux nombreux visiteurs en toute sécurité, vos véhicules 100% électriques, et de tout usage : trottinettes, vélos, scooters, quadricycles, motos, automobiles, véhicules utilitaires, sans oublier les véhicules rétrofités.

Vous proposez des infrastructures de recharge pour Véhicules Electriques ou leurs installations : venez faire connaître vos produits et votre savoir-faire.

Vous vendez des services de mobilité électrique : faites la promotion de vos solutions.

Énergéticiens ou distributeurs d’énergie : faites connaître vos marques, services et contributions à la transition énergétique.

Organismes publics ou privés : venez développer votre notoriété, tout en dialoguant avec l’éco-système VE.

Start up : validez votre concept auprès de vos futurs utilisateurs.

Organismes de formation : valorisez les réalisations de vos étudiants et faites connaître vos filières.

Vous l’aurez compris, tous les acteurs de l’éco-systeme sont les bienvenus.

Ces journées sont là pour vous, Profitez en !

jeudi 1 avril 2021

Avec vos indices trompeurs NEDC, WLTP: Arrêtez de nous enfumer, au sens propre comme au figuré !

Nouvelle pièce au dossier le reportage de France 2 diffusé le 23/03/2021


Depuis des années, les rejets de CO², les émissions de GES, reconnus nocifs pour l'humain et la planète tant par les instances médicales que politiques, font l'objet de procédures d'évaluation et de contrôle afin d'en limiter le volume faute de ne pouvoir les supprimer d'un coup de baguette magique.  
Pour les véhicules cela à donné lieu à l'imposition des normes NEDC puis WLTP. Or malgré ces contraintes l'on constate que les rejets polluants continuent à augmenter. 




Rien d'étonnant quand l'on examine les conditions réelles dans lesquelles sont évalués les véhicules. Réalisés dans des conditions de "laboratoire" ils n'ont absolument rien à voir avec les conditions réelle d'utilisation puisque durant ces tests, à l'origine d'une durée totale de 20 mn en cycle NEDC, puis portés à 30 mn avec son remplaçant le WLTP, simulant majoritairement des déplacements urbains; d
ans le cycle NEDC ils représentaient 17mn à 50 km/h maximum sur les 20mn , portés à environ 20 mn sur 30 mn dans le cycle WLTP. 
__________________

Des conditions d'essai scandaleusement mensongères et notamment pour l'automobiliste qui acquiert un hybride "électrifié " croyant faire un geste vertueux pour la planète, alors que passés les 50 km d'autonomie maximum de sa batterie, il va rouler en thermique jusqu'au terme de son parcours. 




Atteindre les objectifs de sobriété énergétique et de réduction des émissions implique l'adhésion des citoyens et donc à minima une information objective sur la réalité de l'impact de leur véhicule sur l'environnement. 
Les villes et les agglomérations, de plus en plus mobilisées dans l'offre de mobilités douces et de transports collectifs non polluants, ne peuvent fermer les yeux sur le scandale des véhicules hybrides, au prétexte qu'en mode électrique ça ne pollue pas. Car s'ils se voient attribuer des vignettes Crit'air favorables sur la base des tests contestables évoqués plus haut il en va différemment dès que la batterie est vide et que le véhicule ne fonctionne plus qu'en mode thermique.   


Vivement la procédure d'essai RDE (émissions en conditions de conduite réelles) !

Dans un communiqué de presse du 11 décembre dernier le Conseil de l' Union Européenne faisait le même constat.
 " 
Face à l'écart observé entre les émissions mesurées en laboratoire et celles mesurées en conditions de conduite réelles, la Commission a introduit en 2016 une nouvelle méthode de mesure, la procédure d'essai RDE (émissions en conditions de conduite réelles)"

Sous la pression de lobbies, la Commission Européenne a tenté unilatéralement d'assouplir les contraintes en introduisant  "des facteurs de conformité" : 

 Le 13 décembre 2018, le Tribunal de l'UE a annulé en partie le règlement de la Commission concerné, considérant que les facteurs de conformité ne pouvaient légalement être établis que par le Parlement européen et le Conseil en leur qualité de colégislateurs. Le Tribunal a toutefois ordonné que les effets des parties annulées du règlement de la Commission soient maintenus jusqu'à ce que les deux colégislateurs aient adopté un nouvel acte législatif pour remplacer ces parties. " 
La Commission, l'Allemagne et la Hongrie ( NDLR: tiens tiens ! comme on les retrouve ) ont formé un pourvoi contre l'arrêt du Tribunal.

Jean-Claude LE MAIRE