vendredi 14 avril 2017

Les moteurs propres arrivent à petite vitesse (Le Monde du 13 Avril 2017)

Plus autonomes, les récents modèles électriques et hybrides trouvent leur place au sein des flottes. Sans détrôner le diesel
Cent mille véhicules électriques ! C'est en début d'année que ce cap a été atteint faisant de la France le premier parc automobile électrique en Europe.
 Et depuis les ventes de ces modèles progressent encore puisqu'une hausse de 24 % est enregistrée sur le marché français, soit 7 000 nouveaux modèles électriques immatriculés sur les deux premiers mois. Cette augmentation des ventes est assurément due à l'arrivée de modèles affichant désormais une autonomie de 300  km en condition réelle d'utilisation. Il en va ainsi des récentes Renault Zoé, Nissan Leaf, Tesla Model S et bientôt de la nouvelle Opel Ampera-e dont le rayon d'action pourra même atteindre 350  km. La progression des ventes de voitures électriques n'est donc pas due au hasard, mais elle ne renverse pas non plus la tendance. Ces modèles ne représentent que 1,4 % des ventes de voitures neuves depuis le début de l'année et à peine plus de 1 % des ventes réalisées durant l'année 2016.

Manque de bornes de recharge publiques

Il n'empêche, dans les entreprises, on perçoit un frémissement en faveur des voitures électriques. Comme l'évoque Jean-François Chanal, directeur -général du loueur ALD Automotive, " l'offre de véhicules aux entreprises était bloquée par une autonomie réduite allant de 100 km à 150  km. Aujourd'hui, celle-ci passe à 250 km-300  km et cela va aller croissant désormais avec l'arrivée de nouveaux modèles. Il y a donc véritablement un mouvement en faveur des voitures électriques parmi les flottes ".
Extrait du Supplément du Monde du 13/0//17
dans lequel vous trouverez également deux
articles sur le développement de la
LLD (Location LongueDurée)
" Il est exact que ce surcroît d'autonomie proposé par les récents modèles électriques provoque un décollage des ventes. Dans la flotte de nos clients, les -véhicules électriques sont ainsi en hausse de 30 %, mais on -attend qu'une augmentation du nombre de bornes de recharge publiques permette d'accompagner ce développement de la voiture électrique dans les entreprises ", tempère François-Xavier Castille, son homologue chez Arval France.Une nuance que met également en avant Jean-Loup Savigny, directeur commercial et marketing de LeasePlan, pour lequel " les entreprises doivent tenir compte de l'ensemble des coûts avant de s'engager dans l'introduction de véhicules électriques et hybrides rechargeables dans leur parc. Des structures de recharge des batteries adaptées à l'utilisation des véhicules sont en effet nécessaires ".
Reste que cet intérêt croissant des flottes pour les véhicules électriques avait été déjà mesuré en  2016. Une étude de l'Observatoire du véhicule d'entreprise réalisée par CSA auprès de 2 369 entreprises françaises avait mis en lumière que 36 % des flottes d'entreprise interrogées avaient déjà intégré des -véhicules électriques, hybrides, plug-in ou carburant au GPL-GNV, et que 56 % envisageaient de le faire à leur tour. La plupart des loueurs longue durée ont su anticiper cette demande. Il en va ainsi d'Alphabet qui a enregistré ces dernières années des progressions allant de 30 % à 56 % de son parc électrique. Olivier Monot, son PDG, se félicite aujourd'hui qu'un véhicule électrique sur deux mis à la route par des loueurs appartienne à -Alphabet. " Encore faible en valeur absolue, cette accélération des ventes est importante pour nos activités. Ce parc de voitures électriques représente 1 123 unités, soit 1,26 % de notre flotte, quant aux modèles hybrides, ils représentent 1 439 véhicules. Mais, à moyen terme, nous envisageons que ces automobiles représentent 10 % à 15  % du parc ", explique Olivier Monot. Pour cela, il faudra compter avec les constructeurs. Selon Théophane Courau, PDG de -Fatec, société spécialisée dans la gestion des parcs des entreprises, " pour des kilométrages annuels au-dessous de 10 000  km, une -société peut proposer à son collaborateur l'usage d'une voiture électrique. Entre 10 000 km  et 20 000 km, une voiture hybride peut s'imposer. Toutefois, les entreprises aimeraient pouvoir disposer d'une offre de véhi-cules hybrides plus large. Ces modèles à caractère statutaire et relativement onéreux sont en effet souvent proposés comme voiture de fonction aux seuls membres du comité de direction des entreprises ".
Pour la plupart des loueurs spécialisés auprès des flottes d'entreprise, il y a bien une montée en puissance également des ventes de voitures hybrides rechargeables, lesquelles sont accordées aux collaborateurs parcourant peu de kilomètres, de l'ordre de 10 000 à 15 000. Toutefois, ce constat est troublé par les fluctuations récentes de la fiscalité qui pèse sur ces modèles. Le bonus dont ils bénéficiaient s'est considérablement réduit, et, comme tous les modèles essence, ce n'est pas avant 2021 qu'ils profiteront pleinement de la récupération de la TVA sur ce carburant.
Jean-Pierre Lagarde


______________________________________________________________
💥NDLR: Il est dommage que l'important coup de pouce fiscal offert aux entreprises qui passent au VE ne soit pas évoqué dans ce dossier. (Voir notre article à ce sujet)
______________________________________________________________

Nos exemples d'utilisations professionnelles: 

L'utilisation du véhicule électrique progresse dans les milieux professionnels : HENRI PRIMEURS

Témoignage de Marie, auxiliaire de vie à domicile.

La mobilité électrique en milieu rural favorise le maintien des activités économiques.

La tournée du boulanger en eNV200 : le futur aux portes de la Bigorre.

La mobilité électrique au service de l'Economie Sociale et Solidaire.

La Lomagne gersoise, un territoire d'@ccueil et d'excellence qui se convertit à l'électromobilité.

Recharger ailleurs peut être très pédagogique ! (Philippe Guiton, Chauffagiste)

Enregistrer un commentaire