lundi 8 décembre 2014

L’avenir du V.E. ils y phosphorent

Présentation du séminaire par Claire Martin sur le site de l'IMD 

Claire Martin
Invité au séminaire des 5 ans de l’Institut de la Mobilité Durable, pour y témoigner de ma pratique de militant de la voiture électrique, j’ai durant cette riche journée pu cerner les approches pluridisciplinaires mobilisées autour de la mobilité électrique.

Romain Beaume
La journée introduite par Claire Martin, directrice Responsabilité Sociale et environnementale du groupe Renault, Romain Beaume, directeur de l’IMD, et Alain Bamberger, direction de Paris Tech a permis aux différentes équipes de chercheurs d’exposer l’avancée des travaux réalisés en coopération avec les équipes et ingénieurs de RENAULT.
Orientés vers l’aide à la décision et au développement ces travaux bénéficient du mélange d’ingrédients tels la pluridisciplinarité, la pluralité des métiers, des expertises et des générations d’acteurs ; entrepris dans une approche paritaire, égalitaire et une démarche gagnant-gagnant ils permettent d’explorer des thèmes aussi vastes que :

  • r      les enjeux mondiaux de la mobilité durable, ses évolutions possibles sur les différents continents.
  • r      les interactions que le développement du V.E. engendrera sur les territoires et leurs équipements et dans la société et son organisation
  • r      les modèles économiques à expérimenter pour favoriser et accompagner le développement de la filière d’une façon durable.
  • r      les piste explorées par la Recherche fondamentale aussi bien qu’appliquée pour améliorer la technologie des batteries.
Cette journée a également été ponctuée par Yves Dubreil, « historique » Renault, qui a accommodé à l’humour décapant sa « salade prospective » pour nous inviter à sortir du OU exclusif pour passer au ET inclusif et ainsi, en l’absence de solution miracle, nous inciter à optimiser et hybrider des solutions multiples.
INSTITUT DE LA MOBILITÉ DURABLE : 5 ANS EN 5 QUESTIONS sur le site du Groupe Renault

Au terme des communications un échange très fécond s’est instauré avec les représentants du Comité exécutif de Renault  G. Gascon, T. Bolloré, B. Ancelin, C. Martin, J-P Vanot et A. Bramberger.

Quel bilan pour le béotien, électromobiliste que je suis ?

Tout d’abord sur le plan personnel, outre l’occasion de faire des infidélités à ma LEAF avec une ZOE et une TESLA, un immense plaisir de solliciter mes vieux neurones pour tenter de suivre les chemins prospectifs qui nous ont été proposés.

Mais aussi le réconfort de constater au travers de différentes interventions une résonance avec certaines options, défendues ou présentées dans ces colonnes, comme : 

Des interrogations sur des souhaits émis pour travailler en coopération avec des start-up sur des sujets comme la livraison de marchandise du dernier kilomètre, ou la carte des bornes de recharge alors que par ailleurs COLIBUS et CHARGE MAP ont été entravé ou écarté ?
Et pour le moins surpris que Renault ait baptisé sa voiture électrique du même nom que la première pile atomique : ZOE ! et offert un prétexte aux adversaires du V.E.

Un espoir en apprenant que le groupe de travail d’I.M.D. va être élargi à NISSAN et que cette acculturation sera vraisemblablement bénéfique à l’échange de « bonnes pratiques » des deux entités de l’Alliance.

Jean Claude LE MAIRE
Enregistrer un commentaire